Coronavirus en Belgique ce lundi 23 mars : le total monte à 3743 personnes infectées, mais l'évolution va "dans le bon sens"

Le centre interfédéral de crise Covid-19 du SPF Santé tenait ce lundi matin une conférence de presse pour communiquer le bilan de l’épidémie du nouveau coronavirus en Belgique.

Pour l’instant le nombre de personnes infectées en Belgique est de 3743, dont 1643 se trouvent actuellement dans les hôpitaux, rapporte Emmanuel André, le porte-parole interfédéral. 88 personnes sont décédées du covid-19, et 350 personnes ont pu quitter l'hôpital depuis le 13 mars.

342 nouveaux patients ont été testés positifs, dont 173 en Flandre, 45 à Bruxelles et 118 en Wallonie (information à suivre pour les six autres cas).


►►► À lire aussi : Coronavirus en Belgique : "Bonne nouvelle, le nombre de nouvelles hospitalisations décroit"


"Pour la première fois, l'évolution va dans le bon sens, mais nous n'avons pas assez recul pour savoir si elle va se consolider, estime Emmanuel André. Il est beaucoup trop tôt pour tirer une tendance. Il ne faut pas pas relâcher nos efforts, sinon cela va créer une deuxième vague très importante."

Concernant les capacités hospitalières, le porte-parole a rappelé que 621 lits de soins intensifs étaient libres pour répondre aux besoins, auxquels se rajoute un plan d'augmentation. 322 personnes se trouvent actuellement en soins intensifs.

Plus de tests à venir

Emmanuel André a également évoqué la question de la capacité de tests : un grand nombre de personnes ne sont pas testées, car seules les personnes très malades peuvent le faire. Les chiffres sont donc sous-estimés par rapport à la situation réelle.

"Nous allons devoir augmenter la capacité de diagnostics, estime le porte-parole. Un plan est en cours d'implémentation pour augmenter cette capacité. Ce plan implique les laboratoires, les universités et le secteur privé." Pour l'instant, plus de 30.000 tests ont été effectués en Belgique, avec 2000 à 2500 tests par jour dans les labos des hôpitaux.

Les autorités ont également rappelé que l'effort de chacun était essentiel, et que tous les groupes d'âges pouvaient être vecteurs et malades, dont les jeunes. Elles déplorent que certaines personnes ne comprennent pas les mesures de confinement et y dérogent encore.

La question des entreprises transfrontalières

Lundi, c'est le début de la semaine de travail, rappelle Benoît Ramacker, le porte-parole du centre de crise. L'occasion de rappeler que travailler est autorisé, sous conditions : télétravail obligatoire, et si ce n'est pas possible, alors il faut respecter la distance sociale.

S'il n'est pas possible de mettre en place cette distance, l'entreprise doit être fermée. Les entreprises de service essentiel doivent continuer leur activité et respecter les distances sociales.

Pour ce qui est des entreprises transfrontalières, elles pourront faire travailler leurs employés grâce à une vignette disponible sur le site centredecrise.be. L'employeur doit remplir cette vignette et la remettre à ses employés. Un abus frauduleux sera puni comme de la contrefaçon.

Quid de la chloroquine?

Concernant les objets, les autorités rappellent que le risque est "quasi nul". Les règles d'hygiène normales restent d'actualité.

La question de l'efficacité de l'hydroxychloroquine, un médicament antipaludique qui pourrait être une aide contre le coronavirus, a été évoquée. "Cette molécule fait partie des médicaments déjà disponibles et pour lesquels on a pu démontrer qu'il y avait une activité", précise Benoît Ramacker.


►►► À lire aussi : Notre dossier spécial sur le coronavirus


Cette efficacité doit toutefois être confirmée. En attendant, la décision a été prise de l'administrer aux personnes médicalisées.

Enfin, les autorités ont rappelé que la décision de réquisitionner des hôtels pour confiner des personnes sans-abri, comme à Etterbeek, était une initiative locale pour le moment, mais qu'elle pourrait donner lieu à des concertations si nécessaire.