Coronavirus en Belgique : le gouvernement renforce les mesures d'aide, en rouvrant notamment le chômage temporaire

Coronavirus en Belgique : le gouvernement renforce les mesures d’aide, en rouvrant notamment le chômage temporaire
Coronavirus en Belgique : le gouvernement renforce les mesures d’aide, en rouvrant notamment le chômage temporaire - © THIERRY ROGE - BELGA

Pour le Premier ministre Alexander De Croo, la crise du coronavirus n’est pas seulement une crise sanitaire. C’est aussi une crise socio-économique. Et donc, pour lui, "le gouvernement fédéral ne peut pas et ne veut pas rester insensible à toutes ces personnes et entreprises qui sont au bord du gouffre". Le plan de soutien présenté ce vendredi matin s’inscrit dans ce cadre et il vise les entreprises, les indépendants, les travailleurs, les personnes plus vulnérables et des secteurs cruciaux comme celui des soins de santé et de l’enseignement notamment, directement et fortement touchés par la pandémie du Covid-19.

Une quarantaine de mesures ont été présentées. Pour la plupart, elles avaient déjà été décidées en mars et avril dernier lors de la première vague de l’épidémie. Elles sont aujourd’hui prolongées.

- Pour les entreprises

- C’est sans doute la mesure la plus importante : le chômage temporaire pour cas de force majeure est rouvert et possible pour toutes les entreprises.

- Le régime de garantie des PME et de garantie des assurances-crédits est prolongé jusqu’au 30 juin 2021.

Parallèlement et ce sont deux mesures nouvelles :

- Fruit d’un accord entre les partenaires sociaux, l’Etat va intervenir dans le financement du pécule de vacances des chômeurs temporaires. Les jours de chômage temporaire sont assimilés à des jours prestés. L’Etat prendra en charge 20%.

- L’exonération de cotisations patronales pour le troisième trimestre de 2020 ne se limitera pas aux secteurs de l’Horeca et de l’événementiel. Il sera aussi étendu à d’autres secteurs qui ont été contraints de fermer. Et les fournisseurs des secteurs qui ont été obligés de fermer peuvent également bénéficier de cette mesure s’ils peuvent fournir la preuve d’une perte de chiffre d’affaires d’au moins 65%.

 

- Pour les travailleurs indépendants

- Le doublement du droit-passerelle est prolongé pour tous les secteurs qui ont dû fermer jusqu’en décembre 2020. Un droit-passerelle cumulable avec la mise en place d’un " Take away" ou d’un "Click and collect".

- Un nouveau droit-passerelle entrera en vigueur à partir du premier janvier 2021 mais les nouvelles modalités doivent encore être précisées.

Et puis, il y aura une amélioration temporaire du droit-passerelle notamment pour les starters. Deux trimestres de cotisation seront suffisants pour pouvoir en bénéficier.

 

- Pour les travailleurs salariés

- Le chômage temporaire est rouvert. Le travailleur concerné reçoit une indemnité équivalente à 70% de son salaire mensuel brut, plafonnée à 2754,76 euros. Le travailleur reçoit en plus une allocation de l’Onem de 5,63 euros par jour de chômage temporaire. Cette mesure s’appliquera au moins jusqu’au 31 mars 2021.

- Le chômage temporaire sera toujours possible pour cause d’enfants mis en quarantaine.

- Les artistes pourront aussi toujours bénéficier d’un accès plus souple au chômage. S’ils peuvent fournir la preuve d’au moins dix prestations artistiques ou de vingt jours de travail au cours de la période allant du 13 mars 2019 au 13 mars 2020, ils peuvent bénéficier d’allocations de chômage.

Et puis, il y a des mesures nouvelles comme le paiement par l’Onem d’un supplément à la prime de fin d’année aux travailleurs qui sont restés longtemps au chômage temporaire. Un supplément de dix euros par jour de chômage supplémentaire au-delà de 52 jours sur l’année 2020 et enfin, une enveloppe unique de 200 millions est d’ores et déjà prévue pour le personnel hospitalier au sens large.

- Pour les personnes plus vulnérables

- La prime de 50 euros par mois pour les bénéficiaires du revenu d’intégration ou de la garantie de revenus aux personnes âgées est prolongée. Un coût de 75 millions pour une mesure qui concerne 500.000 personnes.

- La majoration de l’aide de 15% supplémentaire par le fédéral au profit des CPAS qui paient les revenus d’intégration est également prolongée.

- Le gel de la dégressivité des allocations de chômage jusqu’à la fin de l’année est aussi maintenu.

 

- Pour les secteurs cruciaux

- La possibilité d’augmentation d’heures supplémentaires volontaires jusqu’à 220 heures est prolongée notamment dans le secteur des soins de santé et toujours exonérée sur le plan fiscal et parafiscal.

Et – les personnes en chômage temporaire peuvent travailler dans le secteur des soins de santé, de l’enseignement et dans les secteurs de l’agriculture et de l’horticulture tout en gardant 75% de leurs allocations.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK