Coronavirus en Belgique: la Flandre moins touchée? Elle a juste "10 jours de retard sur la situation épidémiologique du sud du pays"

Ce lundi 26 octobre, le Centre interfédéral de crise a appelé les Belges à restreindre au maximum leurs contacts durant ces 15 prochains jours qui pourraient être cruciaux pour l’évolution et la gestion de cette deuxième vague. Tout en rappelant les règles en vigueur et les choses qui restent autorisées, Yves Van Laethem a conseillé : "Allez faire des courses (seuls), relisez des bouquins, bricolez, écoutez de la musique… Mais surtout limitez vos contacts et n’essayez pas de chipoter avec les règles".


L’évolution en temps réel de l’épidémie de coronavirus en Belgique en chiffres et graphiques


​​​​​​

Une Flandre qui suit le mouvement

Toutes les provinces sont atteintes mais avec des décalages différents dans le temps. "La Flandre à environ 10 jours de retard sur la situation épidémiologique que nous connaissons au sud du pays", estime Yves Van Laethem suite à l’évolution des cas province par province. en Wallonie, c’est le Hainaut et la région de liège qui sont les provinces les plus touchées. Le Hainaut, Liège et Bruxelles représentent 68% des hospitalisations. Même si un ralentissement s’y opère, les mesures prises récemment ne permettent pas encore de justifier ce fait.

La plus forte poussée épidémiologique se situe dans la province de Flandre Orientale avec un doublement des cas tous les 7 jours. Dans le reste du nord du pays, ce doublement s'effectue tous les 8 ou 9 jours en fonction des régions.

 

Un appel par rapport aux congés à venir

Yves Van Laethem a souhaité modifier la manière dont les chiffres sont communiqués, avec tout d’abord un message en ce qui concerne les congés de Toussaint prolongés à venir : "Il faut vraiment limiter nos contacts sans tourner autour du pot. Non il ne faut pas vivre comme des moines mais assumer nos responsabilités. On peut passer de bons moments avec soi-même, avec notre foyer : surtout gardez vos distances".

"Il faut mettre sa vie sur pause. Ce que les Belges feront pendant ces 15 prochains jours définira la suite de la crise", selon le porte-parole du Centre interfédéral de crise. Limiter les contacts dans les entreprises ainsi que dans les transports sont : "deux petits aussi importants que les autres mais qui permettront de changer positivement la situation". Le télétravail doit être obligatoire ou très recommandé dès que possible : "Nous demandons aux chefs d’entreprise d’ajouter leur pierre à l’édifice, ils doivent veiller à ce que les gens soient protégés de manière adéquate mais aussi de décider les situations où le télétravail est possible", a appelé Yves Van Laethem.

L’enseignement francophone vers le distanciel

Mardi 20 octobre, la Belgique a battu un record du nombre de cas par jour avec un nombre au-dessus de 18.000. Suite au changement de stratégie qui consiste à ne plus tester les asymptomatiques, cela devrait entraîner une diminution du nombre de cas : "C’est un biais, mais le nombre de tests effectués ne diminue pas".

Suite à ces augmentations la ministre de l’Enseignement en FWB, Caroline Désir, a décidé hier soir : une suspension des cours en présentiel pour les élèves du secondaire dès ce mercredi 28. Alors que de son côté, ce matin le ministre-président wallon Elio Di Rupo annonçait dans Matin Première que des mesures additionnelles pourraient être prises en Wallonie.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK