Coronavirus en Belgique : la décision du juge des référés sur l'action du secteur des foires attendue lundi

Coronavirus en Belgique : la décision du juge des référés sur l'action du secteur des foires attendue lundi
Coronavirus en Belgique : la décision du juge des référés sur l'action du secteur des foires attendue lundi - © NICOLAS MAETERLINCK - BELGA

L'action en référé introduite par la fédération professionnelle des foires, salons et congrès, Febelux, et cinq de ses membres contre le gouvernement belge afin de pouvoir reprendre le travail dès le 1er août a été plaidée ce jeudi devant le tribunal de première instance de Bruxelles. Les plaignants se disent discriminés par l'État belge, qui rétorque que les foires représentent un grand risque de propagation du nouveau coronavirus. Le juge des référés rendra sa décision ce lundi.

Les plaignants estiment que le secteur, qui emploie 30.000 personnes, se retrouve dans une situation très précaire, prévenant que de nombreuses faillites menacent si une perspective pour une réouverture n'intervient pas rapidement. Le secteur considère incompréhensible qu'une date n'ait pas été fixée pour la relance des activités, faisant valoir que les mesures de sécurité prévues pour les foires, salons et congrès sont bien plus strictes et plus facilement applicables que dans des centres commerciaux, par exemple.


►►► Lire aussi : coronavirus en Belgique : le procès en référés entre le secteur des foires et l'État belge sera plaidé jeudi

"Ce sont aussi de grands bâtiments avec des stands et des boutiques", a plaidé Me Dirk Van Heuven. "Mais nous pouvons élargir à volonté nos couloirs et les stands peuvent être placés à une grande distance les uns des autres. Nous pouvons même donner un créneau horaire aux visiteurs, ce qui n'est pas le cas dans les centres commerciaux."

Risque sanitaire ?

L'État belge rétorque au contraire que les foires représentent un grand risque sanitaire en cette pandémie de Covid-19 car ces événements sont fréquemment utilisés pour élargir son réseau et impliquent dès lors nombre de contacts physiques. "Garder ses distances n'est pas toujours possible car on se promène. Les gens traînent également plus longtemps dans un salon professionnel que dans un centre commercial et la ventilation de ces grands espaces d'exposition n'est pas sans risque."

Pour l'État belge, ce n'est pas au tribunal mais au politique de se prononcer sur la question. "La décision de ne pas autoriser les foires pour le moment a été mûrement réfléchie. Le gouvernement est soutenu par le GEES (le groupe d'experts chargé du déconfinement, NDLR) pour restaurer, de manière progressive et prudente, la vie socio-économique."

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK