Coronavirus en Belgique : information judiciaire ouverte à propos des masques d'Avrox

Une information judiciaire est ouverte à propos de la société luxembourgeoise Avrox, qui a récemment fourni 15 millions de masques à la Belgique via un marché passé par la Défense, a appris la RTBF ce jeudi soir. Selon nos informations, un procès-verbal a été rédigé par l’Office Central pour la Répression de la Corruption (OCRC) et transmis au parquet de Bruxelles.

L’OCRC est un organe "compétent pour la recherche et l’appui à la recherche des infractions commises au préjudice des intérêts de l’Etat, ainsi que des infractions de corruption complexes et graves, rappelle le site police.be. En outre, il exerce une fonction pilote dans le cadre de la lutte contre les abus et les comportements infractionnels en matière de marchés publics, de législation relative aux subsides, d’agréments et de permis." A l’issue d’une première analyse, aucun élément constitutif d’une infraction n’a été relevé, affirme Denis Goeman, porte-parole du parquet. Cette information judiciaire n’est pas clôturée.

Avrox confiante et à la disposition du parquet

La société a réagi, expliquant n'être "pas au courant de cette initiative" de l'OCR. "Le parquet est indépendant et a le droit de mener les analyses qu’il juge nécessaire", précise Avrox, qui selon elle "n’a rien à cacher et se tiendra à l’entière disposition des autorités judiciaires, si elles souhaitent obtenir des réponses à ses questions." "Avrox a entière confiance que (sic) l’analyse confirmera qu’il n’y a pas le moindre élément qui pourrait être retenu contre elle", conclut l'entreprise qui estime que le fait qu'aucun élément constitutif n'a été relevé après première analyse du parquet "la conforte dans cette idée."

Depuis plusieurs jours, la société Avrox et ses masques, dont la distribution en pharmacies a commencé ce lundi 15 juin, sont pointés du doigt. Les recommandations du Conseil supérieur de la Santé prévoyaient qu’ils soient lavables à 60 °C, mais les masques à présent disponibles ne le sont qu’à 30 °C. Certains organismes estiment également qu’ils sont dangereux pour la santé et l’environnement car ils ont été traités avec une finition antibactérienne nano-argentée.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK