Coronavirus en Belgique : Ecolo propose son "plan de secours" pour l'horeca

Coronavirus en Belgique : Ecolo propose son "plan de secours" pour l’horeca
Coronavirus en Belgique : Ecolo propose son "plan de secours" pour l’horeca - © ERIC LALMAND - BELGA

Face à la crise du coronavirus qui frappe de plein fouet l’horeca, Ecolo a élaboré un "plan de secours" destiné à éviter les faillites en cascade dans le secteur. Il prévoit notamment une modification de la loi sur la garantie bancaire visant à la rendre plus accessible, une prolongation du chômage économique de 6 mois pour les établissements horeca, la mise en place d’un maribel horeca ou encore une réduction TVA temporaire via un crédit d’impôt.

"Le secteur horeca, c’est de l’emploi non-délocalisable, la valorisation d’un terroir très riche et le maillon d’une chaîne économique indispensable qui démarre des paysans producteurs, en passant par les brasseurs et fournisseurs de services spécifiques, en se terminant par le secteur touristique", souligne lundi Georges Gilkinet, député fédéral et chef de groupe Ecolo à la Chambre.


►►► À lire aussi : Toutes nos infos sur le coronavirus


Fort de ce constat, Ecolo plaide pour une modification de la loi de garantie bancaire pour la rendre plus accessible au secteur. "Un des critères d’exclusion de l’accès à ces crédits temporaires, c’est l’absence de retard de paiement ONSS, les rendant inaccessibles à de nombreux établissements horeca", explique Ecolo. Pour les Verts, ce critère doit être assoupli "pour permettre une aide aux établissements qui ont un retard limité et qui peuvent prouver leur viabilité financière".

Les écologistes réclament aussi l’instauration, pour les bailleurs, d’un crédit d’impôt à hauteur de 50% des loyers commerciaux non perçus durant les mois de confinement. Un effort particulier de suspension des loyers sera demandé aux pouvoirs publics propriétaires de surfaces horeca.

Demande prolongation du chômage économique "corona"

Ils demandent par ailleurs une prolongation de 6 mois du chômage économique 'corona' pour le secteur afin d’éviter les licenciements secs ainsi qu’une réduction TVA temporaire via un crédit d’impôt. "Afin d’absorber les pertes subies pendant les semaines de confinement, les restaurants devront pouvoir augmenter leur marge bénéficiaire. Ils ne pourront pour autant augmenter de façon démesurée leur tarif, au risque de faire fuir leurs clients. Nous proposons dès lors de leur accorder un crédit d’impôt TVA, à savoir de pouvoir bénéficier d’un remboursement des montants de TVA perçus. Ce crédit d’impôt serait dégressif sur une période à déterminer, à ajuster en fonction de la somme totale perdue à la suite de la crise", détaille le parti.

Les Verts proposent enfin la mise en place d’un maribel social horeca "permettant aux établissements de diminuer temporairement les cotisations sociales dues pour leurs travailleurs, tout en préservant les droits de ces derniers" et la réduction automatique des primes d’assurance et des abonnements énergétiques pendant le confinement.

"Si on veut éviter une destruction d’emplois massive et des faillites en cascade, il est temps d’agir. Nous mettons ces propositions sur la table pour lancer le débat et appelons tous les niveaux de pouvoir, à commencer par le fédéral, à s’en saisir", conclut Georges Gilkinet.

Sujet du JT du 09/05/2020 - Restaurants : faudra-t-il tout bouleverser ?