Coronavirus en Belgique: des parcs bruxellois encore très fréquentés, la police déploie ses drones

Après quatre jours de confinement, les parcs bruxellois étaient encore bien fréquentés en ce samedi ensoleillé. Pourtant, même s'il est difficile de rester enfermé chez soi, il faut à tout prix éviter les lieux dans lesquels il y a du monde. A Bruxelles, la police utilise désormais des drones pour inviter les groupes à se disperser. Et des dizaines de procès verbaux ont été dressés. 

Le porte-parole de la Cellule de crise fédérale l'a pourtant rappelé une nouvelle fois lors du point presse de ce matin: "Restez chez vous! Prendre l'air, c'est uniquement dans votre environnement proche. Il n'est pas autorisé de faire des déplacements pour aller se promener". Ce samedi matin, un drone survolait le Parc du Cinquantenaire en diffusant un message de prévention: "Nous vous rappelons que des mesures renforcées sont d'application afin d'éviter la propagation du Coronavirus".

Malgré cette communication insistante, le Parc du Cinquantenaire était très fréquenté en cette matinée ensoleillée: des sportifs en mouvement, des familles, des amis dont certains ne respectent pas toujours les mesures de sécurité.

En plus d'assurer la diffusion de messages de prévention, les drones déployés par la police fédérale assurent également la surveillance. "Je pense que c'est un plus parce que nous ne devons pas nous approcher des personnes, explique Denis Van Den Bril, pilote de drone à la police fédérale. De plus, le drone peut quand même parcourir une grande distance, nous avons donc une vue globale des environs vu que le parc ici est assez grand. Ça nous permet de repérer les groupes de personnes plus facilement".

Dans le parc, cette technologie au service de la surveillance ne passe pas inaperçue. "C'est assez surprenant, on n'est évidemment pas habitués, commente une passante. Pour être honnête, on a l'impression d'être plongés dans un film de science fiction".

De lourdes amendes

En plus de ces drones, la police a mis en place les patrouilles Covid : des véhicules équipés de hauts parleur qui circulent régulièrement dans les parcs et multiplient les messages de prévention.

Mais malgré ces rappels, certaines personnes dépassent vraiment les limites. "On a une piste d'athlétisme et un terrain de mini foot autour desquels nous avons mis des barrières Heras, mais il y a encore des gens qui grimpent pour quand même jouer au football, déplore Bruno Vandeput, inspecteur à la police de Bruxelles-Capitale. On les attrape, on leur dit de quitter la zone. S'ils font cela une fois, on donne un avertissement. La deuxième fois, on peut donner une sanction administrative qui peut aller jusque 350€. Si par après, on constate encore des infractions, on fait un PV pour le parquet et là les amendes vont jusqu'à 4000€".


►►► À lire aussi : Coronavirus : amendes, prison, que risque-t-on en Belgique et ailleurs en cas de non-respect des mesures ?

►►► À lire aussi : confinement à cause du coronavirus en Belgique : que pouvez-vous encore faire ? Ou pas ?


 

Pour rappel, si vous sortez prendre l'air, il faut rester en mouvement, soit en famille, soit à deux. Il n'est donc pas question de se faire un pique-nique au soleil. Au total, la police de Bruxelles-Ixelles a déjà dressé 104 procès verbaux, y compris à des mineurs qui ont écopé d'une amende de 175 euros. On ne le répétera donc jamais assez: respectez les règles de distanciations sociales ! 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK