Coronavirus en Belgique : "Des entreprises ont bénéficié d'aides alors qu'elles n'en avaient pas besoin" selon Thierry Bodson (FGTB)

Avec la crise du Covid-19, les inégalités sociales se sont aggravées : c’est le constat que pose la FGTB qui publie la version 2020 de son baromètre socio-économique. Interrogé sur La Première, le président du syndicat socialiste Thierry Bodson constate qu’il "n’y a pas assez de sélectivité dans le soutien aux entreprises et aux indépendants. Il aurait fallu mettre un certain nombre de critères supplémentaires pour faire en sorte que les entreprises et les indépendants qui en ont réellement besoin puissent percevoir les aides, et pas d’autres. Près de 14 milliards d’euros ont été envoyés vers les entreprises et les indépendants, et parfois à juste titre, mais seulement 3,5 milliards vers les ménages. Clairement il y a des entreprises qui ont bénéficié d’aides alors qu’elles n’en avaient pas besoin".

Par ailleurs, le montant alloué au chômage temporaire était insuffisant, poursuit Thierry Bodson : "C’est une allocation de chômage élevée par rapport aux autres mais on perd encore en moyenne 400 euros par mois de pouvoir d’achat". L’allocation de chômage temporaire correspond à 70% du salaire du travailleur, "mais c’est plutôt 55% parce qu’il y a des retenues et impôts sur cette allocation. Lorsqu’il y a un mois complet qui est chômé, il y a une perte de 400 euros. C’est immense, surtout pour les personnes qui ont des bas revenus au départ. Si vous perdez 400 euros sur un revenu mensuel de 1800 euros, c’est vraiment très grave : vous avez des problèmes pour payer votre loyer".


►►► À lire aussi : Toutes les infos sur le coronavirus


De plus, les personnes qui sont dans cette tranche de revenus n’ont généralement pas d’épargne : "Beaucoup de ces ménages n’ont pas de ressources complémentaires". Ceux qui avaient un bas de laine l’ont en grande partie épuisé, selon lui. Puisque la crise s’éternise, la FGTB demande une meilleure sélectivité dans les aides à apporter.

"Parler vrai"

Thierry Bodson exige de la part des autorités politiques qu’elles "parlent vrai aux gens et disent que, si on veut ne plus vivre la situation catastrophique que l’on vit aujourd’hui dans les hôpitaux, il faudra des recettes nouvelles. Peut-être faudra-t-il de nouvelles taxes, peut-être faut-il une réforme du code des impôts dans ce pays où les revenus mobiliers et immobiliers sont très peu taxés. Ou peut-être faut-il écouter des idées comme celle de Pierre Larrouturou qui plaide pour une taxe sur les transactions financières, qui rapporterait 60 à 70 milliards au niveau européen".

Thierry Bodson estime que l’impact de la crise du Covid-19 est au moins quatre fois plus important en termes de pertes d’emplois que lors de la crise financière de 2008. Il faut qu’un plan de relance soit prêt au moment où le pays commencera à sortir de la crise. Le président de la FGTB juge que la coalition Vivaldi forme un "gouvernement patchwork sans vraie ligne politique".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK