Coronavirus en Belgique: les rassemblements couverts de plus de 1000 personnes déconseillés, les écoles restent ouvertes

Coronavirus en Belgique: les rassemblements couverts de plus de 1000 personnes déconseillés, les écoles restent ouvertes
Coronavirus en Belgique: les rassemblements couverts de plus de 1000 personnes déconseillés, les écoles restent ouvertes - © CHARLOTTE GEKIERE - BELGA

La fin des rassemblements couverts de plus 1000 personnes, les écoles restent ouvertes mais les fêtes scolaires sont déconseillées, le télétravail encouragé… Voici les grandes mesures prises ce mardi par le Conseil national de sécurité, sur base des recommandations des "experts au plus grand niveau" issus du Risk Management Group.

Ce mardi, à la mi-journée, se tenait à Bruxelles un conseil national de sécurité. A l’ordre du jour, un unique point : la crise du Coronavirus. Objectif de cette réunion qui suivait un conseil scientifique et d’experts: examiner s’il y a lieu de prendre de nouvelles mesures afin d’endiguer l’épidémie. A cette réunion participaient la Première ministre Sophie Wilmès (MR) et les ministres concernés au niveau fédéral, régionaux et communautaires. Quelles mesures ont donc été prises ? Sont-elles semblables à celles drastiques prises en Italie ou dans une moindre mesure celles adoptées en France ?

Pouvoir assurer le ralentissement de la dispersion du virus

En matière de "social distancing", de distanciation sociale, "des mesures doivent être prises de manière renforcée dès à présent pour pouvoir assurer le ralentissement de la dispersion du virus", a expliqué Sophie Wilmès lors d’un point-presse. "Avant, la contamination importée. Maintenant, la contamination est secondaire." Des variables sont prises en compte: "Le nombre de personnes qui se réunissent à un certain endroit, le nombre de fois, pendant combien de temps, à quel point l’endroit est confiné ou pas, le mélange d’âge à cet endroit-là".

Au niveau de l’enseignement, pas de fermeture d’écoles aussi en cas de présence du virus. "Cette recommandation valable aujourd’hui", au temps T. Mais, le conseil national de sécurité déconseille "d’organiser des fêtes scolaires", des "journées de visites" dans des centres de soins résidentiels. On postpose également les voyages scolaires "de plusieurs jours". "Ce sont les recommandations des Affaires étrangères qui doivent être suivies", dit la Première ministre.

Télétravail, transports publics, prestataires de soins

Dans les entreprises, "le travail doit se poursuivre". "Mais s’il y a des possibilités de télétravail, cela doit pouvoir être organisé. Nous proposons d’organiser des téléconférences et d’annuler des réunions qui ne sont pas indispensables."

Les transports publics peuvent toujours être empruntés. "Mais il y a une plus grande flexibilité à la dispersion" du virus. Les personnes à risque sont invitées à éviter ces espaces. Pour les prestataires de soins, une "prudence particulière" est recommandée.

Quid des événements de masse ? "Nous recommandons à l’instar d’autres pays européens, d’interdire les événements de masse pour 1000 personnes qui se trouvent à l’intérieur." Des décisions qui seront prises sur le terrain par l’autorité locale (le bourgmestre, le gouverneur de province). Concernant les événements extérieurs, pas de recommandations spécifiques, "sauf à dire que nous déconseillons aux personnes à risque de s’y rendre. C’est ce qui doit prévaloir dans le choix de mouvements" de ces personnes.

En termes d’hygiène de mains, il faut continuer "à insister sur l’hygiène de base", ajoute la Première ministre, entourée lors de son point-presse des ministres-présidents régionaux et de la ministre fédérale de la Santé Maggie De Block (Open VLD).

Phase 2 dite "renforcée"

Lundi, lors de la réunion du comité de concertation présidé par Sophie Wilmès, "il a été confirmé – conformément à l’analyse faite par le Risk Management Group (RMG) – que la Belgique restait en phase 2 du plan de gestion de risque du SPF Santé publique". Mais une phase 2 "renforcée". Les mesures de "containment" sont toujours d’application. "Le gouvernement fédéral a confirmé qu’un marché public a été attribué pour l’achat de masques chirurgicaux et FFP2. Un plan de répartition de ces masques entre les différentes entités du pays est en cours d’élaboration par le RMG", a précisé lundi le cabinet de la Première ministre.

"Il a été également demandé", précise encore le cabinet Wilmès, "au Risk Management Group de coordonner le plan d’action et de prévention renforcé pour les personnes fragilisées qui représentent des groupes à risque. Dans cette optique, le Comité de Concertation a pris connaissance des recommandations faites quant à la priorisation des tests et au développement de l’offre des laboratoires aptes à mener ces examens."

La Belgique compte à ce jour 239 personnes infectées par le Coronavirus.

La répartition des masques entre les différentes régions du pays

Lors de la conférence de presse de ce mardi, la Première ministre a également fait le point sur l’approvisionnement de la Belgique en masques. "Le SPF Santé publique a pris en charge la réalisation de contrats-cadres" pour passer des commandes de matériel. Des commandes qui ont déjà pu être réalisées "dans les derniers jours". Mais la question qui se pose à l'échelle du pays, est celle de la répartition des masques. Au vu de l'éclatement de la compétence santé entre le Fédéral, les Régions et les Communautés, c'est le Risk Management Group qui réalisera une analyse pour déterminer les quantités à attribuer à chaque région.

Par ailleurs, "il y a une grande discussion au niveau européen" par rapport aux autres pays compte-tenu de la limitation de circulation des masques. Une conférence téléphonique a déjà eu lieu entre responsables politiques du Benelux, d'Allemagne... Ce mardi, à 17 h, une vidéo-conférence entre responsables européens est également prévue "pour gérer la situation au niveau européen. La Belgique n'a pas de ligne de production".

Il ne faut pas rajouter de l'anxiété à l'anxiété

La Première ministre l'assure: l'ensemble des responsables politiques compétents en matière de santé ont "tous la conviction que pour faire face à cette situation, il est fondamental que nos actions soient coordonnées et cohérenteIl ne faut pas rajouter de l'anxiété à l'anxiété". 

En terme d'hygiène, les autorités ont rappelé les règles régulièrement dispensées par les médias. "Il faut continuer à insister sur l’hygiène de base."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK