Coronavirus : du côté francophone, on veut rééquilibrer les mesures entre les moins de 12 ans et les plus de 12 ans

Jeudi, le Premier ministre, Alexander De Croo a décidé d’organiser une réunion consacrée à la jeunesse et à la scolarité dans le cadre de la crise sanitaire. Il réunira les différents ministres de l’Enseignement et de la Jeunesse des entités fédérées pour en parler. L’idée est de voir comment répondre aux besoins des plus jeunes en ces temps d’épidémie et de restriction des activités. 

La détresse des jeunes, en particulier des adolescents, est réelle. Comment leur accorder plus de libertés, alors que l’épidémie de coronavirus est toujours bien présente et que les variants du virus, comme le variant britannique, inquiètent les autorités ?

Accorder moins aux moins de 12 ans pour permettre plus aux 13-18 et 18-25

Les ministres de l’Enseignement et de la Jeunesse, francophones, flamands et germanophones, ont fait le point ce mardi matin avec les experts scientifiques du GEMS, le Groupe d’Experts de stratégie de crise pour le Covid-19. Lundi, ils avaient entendu les experts de la taskforce pédiatrique.

Cette réunion doit permettre aux autorités des entités fédérées de déterminer leur politique sanitaire à l’égard des plus jeunes.


►►► Coronavirus en Belgique : forte augmentation des cas chez les enfants et ados, reflet de la stratégie de testing


Du côté francophone, on connaît à présent la position qui sera défendue jeudi chez le Premier ministre.

La priorité reste de privilégier les apprentissages à l’école. Cela signifie qu’il n’est pas question, à ce stade, de fermer les écoles.

En revanche, pour donner des perspectives aux plus jeunes tout en ne risquant pas de perdre le contrôle de l’épidémie, l’idée des autorités francophones en charge de l’Enseignement et de la Jeunesse est de rééquilibrer les activités extrascolaires entre les différentes catégories de jeunes. Pas question d’assouplissement.

On parle de permettre moins à certains pour pouvoir donner plus à d’autres. Ainsi, par exemple, pour les activités extrascolaires, la taille des bulles pourrait être réduite pour les moins de 12 ans. Cela permettrait d’autoriser des bulles pour les activités des plus de 13 ans.

Réunion jeudi chez le Premier ministre

Comme les entités fédérées sont compétentes, chacune de leur côté, pour les mesures à l’égard des jeunes, la position des autorités flamandes pourrait être différente. Rien n’oblige francophones, flamands et germanophones à adopter exactement les mêmes mesures. 

On a vu, par exemple, qu’en matière de test Covid dans les écoles touchées par des foyers d’épidémie, la stratégie était différente au nord et au sud du pays. Cependant, du côté du Premier ministre, on a bien senti, lors des précédentes réunions, comités de concertation etc, que l’on privilégiait l’uniformité des mesures. Une certaine cohérence dans les mesures à l’égard des jeunes serait bienvenue pour éviter des différences de traitement entre jeunes du nord et du sud du pays.

Extrait du JT du 26/01/2021

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK