Coronavirus : comment expliquer la baisse de l’adhésion aux mesures ? Réponses dans le podcast "Les Quatre Saisons"

Dans ce premier épisode du podcast "Les quatre saisons", nous allons tenter de répondre à cette question : pourquoi l’adhésion de la population aux mesures pour freiner l’épidémie du Covid-19 est-elle en baisse ?

Un an, jour pour jour, après l’arrivée sur le sol belge d’un premier cas de coronavirus, nous pouvons faire le constat suivant : l’adhésion aux mesures s’approche de son plus bas historique (datant de fin juillet). La Belgique peine, alors même qu’elle figure, une fois n’est pas coutume, parmi les tout bons élèves européens pour ce qui concerne la maîtrise de l’épidémie. Mais voilà, tout le monde en a un peu marre et voudrait passer à autre chose. Mais l’apparition des variants a tout compliqué. Et ce n’est pas la seule explication quant à la perte d’adhésion…

L’autre raison majeure de cette brèche dans notre approbation des mesures, c’est la communication politique. Vous l’entendez, on a tout essayé, vraiment tout essayé. Enfin, tout sauf 5 recommandations des experts du GEMS qu’on détaillera dans la seconde partie du podcast. Et là aussi, le constat est frappant : les politiques n’y arrivent pas. Il y a la pauvreté des conférences de presse. Il y a aussi la guéguerre entre certains experts et, essentiellement, Georges-Louis Bouchez. Il y a aussi d’autres sorties, telles celles de Paul Magnette, sur la réouverture des métiers de contact. Allez, entre nous : la réouverture des coiffeurs est actée, plus grand monde ne s’y oppose, même el professor Frank Vandenbroucke. On parle bien des coiffeurs, pas tous les métiers de contact. Pas certain que les autres métiers rouvrent parce qu’il faut trouver un équilibre. Et puis surtout, la situation épidémiologique devait "continuer d’évoluer positivement". Si pour les hospitalisations, c’est OK, le nombre de cas, lui, a augmenté… Bref, un bon vieux compromis à la belge. C’est ça aussi la Vivaldi : faire du neuf avec du vieux, comme la partition d’Antonio Vivaldi rejouée par Jérémy Bocquet, à écouter ci-dessous !

Un nouveau podcast

Vous raconter la politique belge à "l’ère" de la Vivaldi, c’est l’ambition et l’objectif du podcast "Les Quatre Saisons". Chaque semaine, hors congés scolaires, nous nous attacherons à déchiffrer la partition jouée par nos responsables politiques, tous niveaux de pouvoir confondus. Nous serons dans l’actu la plus chaude, comme l'épisode de cette semaine, mais aussi dans des dossiers plus intemporels. Avec toujours la même ambition : décoder la mélodie, traquer les désaccords des symphonies politiques belges.

Chaque épisode est composé de deux parties :

  • Un récit sonore d’une grande richesse, entre déclarations fortes, gimmicks, extraits de film, le tout habillé par "Les Quatre Saisons" d’Antonio Vivaldi, rejouée Jérémy Bocquet, responsable de la création sonore
  • Une partie "talk" éditorialisée où nous prendrons le temps de l’analyse des partitions politiques

Les épisodes ne dépassent pas les 15 minutes.

"Les Quatre Saisons", un podcast de la rédaction belge dirigée par Laurence Brecx, sur une idée de Thomas Gadisseux, Baptiste Hupin et Himad Messoudi. Création sonore : Jérémy Bocquet. Production : Hugues Lanneau.

Comment écouter "Les Quatre Saisons" en podcast ? On vous explique tout ici.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK