Coronavirus: ce lundi, première journée sans école pour les enfants de primaire et secondaire

Coronavirus: ce lundi, première journée sans école pour les enfants de primaire et secondaire
Coronavirus: ce lundi, première journée sans école pour les enfants de primaire et secondaire - © JEAN-LUC FLEMAL - BELGA

Ce lundi est le premier jour de la suspension des cours pour trois semaines, en primaire et en secondaire. Un système de garderie est cependant mis en place pour certains parents.

Un appel  plutôt bien suivi apparemment: les taux de présence collectés jusqu'à présent dépassent rarement les deux à trois pour cent, tant à Bruxelles qu'en Wallonie.

Quels enfants peuvent venir à cette garderie ? Ce sont ceux dont les parents travaillent dans le domaine de la santé -médecins, infirmiers, aides soignants - et dans les services de sécurité. Et enfin, ceux qui ne parviendraient pas à confier leurs enfants à d'autres personnes que leurs grands-parents.

Est-ce qu'il y aura un tri à l'entrée des écoles ce matin?

Non, ce n'est pas l'idée.

Mais la ministre de l'éducation en Fédération Wallonie Bruxelles, la socialiste Caroline Désir, espère que des solutions de garde soient trouvées dans la sphère privée.

Ce sont les professeurs qui assureront l'organisation de ces garderies. Ils seront bien tous présents aujourd'hui. Leur présence sera ensuite réévaluée en fonction des besoins.

"En secondaire, on les aidera à travailler. Il y aura en tout cas cette permanence qui sera effectuée aujourd’hui et on verra comment on s’organise pour le reste des semaines en fonction des besoins", expliquait sur La première Paul Leblanc, directeur de l'Institut Saint-Boniface à Ixelles.


►►► Toutes les mesures prises par le gouvernement concernant le coronavirus


Les crèches, elles, restent ouvertes.

Et pour ceux qui resteront à la maison ?

"Je pense que c’est important de leur donner une certaine structure tant qu’on n’est pas dans le temps des vacances. Les professeurs ont été informés en ce sens, ils leur ont donné du travail, il y aura des contacts qui seront pris avec les élèves pendant la semaine par la plupart des professeurs. On doit donc aussi être assez compréhensif et ne pas exiger des élèves qu’ils soient devant leur ordinateur à tout moment, puisqu’il y a parfois un ordinateur pour une famille avec trois enfants et les parents vont aussi devoir faire du télétravail. Bref, c’est notre première pandémie, donc on est encore un peu amateurs sur certains aspects", note Paul Leblanc.

Mardi, "les fédérations de PO vont rencontrer la ministre, ainsi que les conseillers pédagogiques pour ajuster les programmes et permettre aux élèves de ne pas non plus entrer dans une période de stress inutile, ça suffit comme ça. Cette réunion permettra sans doute aussi d’éclaircir les nécessités pour les épreuves externes de fin d’année. Mais je pense qu’il n’y a pas une urgence absolue d’avoir les informations demain. Il faudra peut-être un peu de temps, mais c’est en tout cas sur le grill", conclut-il.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK