Coronavirus: 297 demandeurs d'asile déboutés ont été libérés des centres fermés, annonce Maggie De Block

Maggie De Block
Maggie De Block - © THIERRY ROGE - BELGA

Il reste 204 personnes dans les centres fermés pour demandeurs d'asile déboutés, a indiqué mercredi la ministre de l'Asile et de la Migration, Maggie De Block, devant la commission de l'Intérieur. Le nombre de ceux qui ont été libérés s'élève à 297.

Pour permettre la mise en place des mesures sanitaires, l'Office des étrangers a dû restreindre le nombre de personnes détenues en centre fermé. Les libérations sont des décisions individuelles et ont donc été traitées au cas par cas. Il n'y pas de "criminel" parmi les personnes qui sont sorties, a assuré d'emblée la ministre Open Vld en réponse à la N-VA.

Les possibilités de rapatriement se sont en outre considérablement réduites en raison de la crise. Les retours n'ont néanmoins pas pris fin. Depuis le 13 mars, 93 éloignements ont été menés.

Plusieurs députés de l'opposition ont réclamé que les expulsions soient suspendues, en vain.

"Je trouve inacceptable de mener une politique de retour volontaire ou forcé", a lancé Hervé Rigot (PS) rejoint par Simon Moutquin (Ecolo-Groen) et Griet Daems (PTB).

"Un ordre de quitter le territoire est un ordre de quitter le territoire", a martelé la ministre Open Vld.

Prolongation

Le gouvernement n'entend pas régulariser provisoirement les étrangers sans droit de séjour en Belgique comme l'a fait le Portugal pour les personnes qui ont demandé une autorisation de séjour. "Les personnes qui sont en séjour illégal ne vont pas recevoir un droit de séjour mais ceux qui en ont un peuvent recevoir une prolongation", a expliqué Mme De Block.

La combinaison des mesures sanitaires et de la quasi-saturation du réseau conduit à l'utilisation de la capacité de 300 places supplémentaires à Sijsele (Damme, Flandre occidentale). Toutes les précautions nécessaires ont été prises, a affirmé la ministre pour qui "ce centre est absolument nécessaires" afin d'éviter de mélanger des groupes différents.

Même si quelques cas d'infection sont détectés, il n'y a pas actuellement de contamination dans le réseau de l'accueil. La ministre libérale a lancé un appel à ne pas stigmatiser les demandeurs d'asile. "Le virus ne distingue pas la langue, le genre, les convictions, l'origine des gens. Le risque de contamination chez les demandeurs d'asile n'est pas supérieur à celui du reste de la population. Et je suis un peu fâchée d'entendre des gens dire qu'ils sont un facteur de propagation du virus", a-t-elle souligné.

Les députés Moutquin, Daems et Sarah Schlitz (Ecolo-Groen) se sont inquiétés des restrictions apportées au droit de visite des parlementaires dans les centres fermés. L'Office des étrangers ne leur offre plus l'accès aux personnes détenues et les prive donc de l'exercice d'un droit de contrôle parlementaire fondamental, ont-ils dénoncé.

L'échange avec la ministre a été vif: Mme De Block les a taxés d'irresponsabilité au vu des mesures sanitaires mises en oeuvre dans le reste de la société. Les députés veulent simplement faire leur travail, comme doivent le faire bon nombre d'autres travailleurs contraints de rester sur le terrain, lui a répondu M. Moutquin.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK