COP25 : M-C Marghem annonce 100 millions d'euros pour le Fonds vert pour le climat

COP25 : M-C Marghem annonce 100 millions d’euros pour le Fonds vert pour le climat
COP25 : M-C Marghem annonce 100 millions d’euros pour le Fonds vert pour le climat - © BENOIT DOPPAGNE - BELGA

La ministre fédérale de l’énergie et de l’environnement Marie-Christine Marghem a annoncé, dans le cadre de la COP25, que le gouvernement fédéral allait doubler sa contribution au Fonds vert pour le Climat pour la nouvelle période de refinancement (2020-2023) par rapport à la période initiale. Concrètement, 100 millions d’euros vont être débloqués.

Cette décision doit être confirmée dans quelques jours par le conseil des ministres, explique la ministre. Par ailleurs, le gouvernement fédéral et les trois gouvernements régionaux vont également contribuer, entre autres, au Fonds pour l’adaptation aux conséquences des changements climatiques à hauteur de 5,9 millions d’euros et au Fonds pour les pays les moins développés à hauteur de 17,7 millions d’euros.

Dans une réaction, le CNCD-11.11.11 et Oxfam ont accueilli favorablement cette annonce et invité les trois Régions "à faire de même". " Le Fonds vert est indispensable pour les pays en développement et est destiné à devenir le principal canal multilatéral de financement climat international", rappellent les ONG.

Marie-Christine Marghem a entamé son discours à la conférence de l’Onu sur le climat (COP25) en exprimant sa "plus profonde préoccupation sur l’état de notre système climatique" et en jugeant "indispensable" d’actualiser en 2020 les contributions décidées au niveau national prévues dans le cadre de l’accord de Paris. "Nous ne pouvons désormais plus nous permettre de prendre des mesures à la marge et devons être ambitieux et décisifs dans nos actions", a-t-elle insisté.

Qu'est-ce que le Fonds vert pour le climat?

Pour comprendre le rôle et le cadre dans lequel s’inscrit le Fonds Vert pour le Climat, il faut retourner 10 ans en arrière, à la COP15 de Copenhague. C’est en effet à cette occasion qu’un premier engagement chiffré pour le financement climat a été adopté : les pays développés se sont engagés à fournir au moins 100 milliards de dollars par an aux pays en développement à partir de 2020. Cette contribution doit être croissante, nouvelle et additionnelle. 

Le Fonds Vert a tout d’abord connu une phase d’entrée en vigueur (avec notamment l’établissement d’un siège permanent en Corée du Sud, à partir de 2013) et ses premiers projets ont été approuvés fin 2015. Bien qu’il soit une entité opérationnelle du mécanisme financier de la Convention-Cadre des Nations Unies contre les changements climatiques (CCNUCC), inscrit dans les termes de l’Accord de Paris, il reste une institution juridiquement indépendante, hébergée par la Corée du Sud. Son conseil d’administration dispose d’une structure originale : il est composé de douze représentants de pays du Sud et douze de pays du Nord. C’est une particularité qui le démarque des institutions financières internationales comme la Banque mondiale ou le Fonds Monétaire International (FMI), dominées par les pays développés. La Belgique dispose d’un siège de suppléant au conseil d’administration, ce qui permet à notre pays de contribuer à une amélioration et une gestion efficace du Fonds.

Extrait de notre 19h30 de ce mercredi:

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK