Cop25: "L'énergie ne sera jamais moins chère que dans les années 60"

Alors que se tient la Convention des Nations-Unies sur le Climat (Cop24) à Katowice, en Pologne, le chef de groupe Ecolo à la Chambre Georges Gilkinet a proposé que la Belgique propose sa candidature pour la prochaine édition en 2019, à la place du Brésil qui vient de se désister. Un choix qui s'inscrit dans un contexte politique tendu, en plein mouvement des Gilets jaunes qui réclament au gouvernement fédéral plus de justice fiscale notamment en matière de taxe environnementale. "Cette candidature n'est pas une provocation, c'est une proposition, se justifiait Georges Gilkinet au micro de Thomas Gadisseux dans Matin Première ce vendredi. Ce serait un projet un peu plus positif que ce que nous propose Charles Michel, ce serait une manière de mettre le climat en haut des préoccupations du gouvernement fédéral."

Ce dimanche se tient justement une marche pour le climat à Bruxelles. Mais au-delà des manifestations citoyennes, Ecolo est-il prêt à faire appliquer des mesures concrètes une fois au pouvoir ? "Nous sommes la dernière génération à pouvoir sauver le climat, explique Georges Gilkinet. Notre responsabilité, c’est d’accepter de participer au pouvoir avec des leviers suffisants en terme de rapport de force et de programme." Le député rappelle qu'Ecolo a déjà entrepris des mesures lorsqu'il est monté au pouvoir après les communales du 14 octobre. "Il faut maintenant que les pouvoirs régionaux et fédéraux se mettent au diapason", affirme Georges Gilkinet.

La meilleure énergie, c’est celle qu’on ne consomme pas

Dans sa croisade contre le fédéral, Ecolo veut rejoindre les revendications des Gilets jaunes. Pourtant, ceux-ci contestent les accises énergétiques... Mais pour Georges Gilkinet, il n'y a rien d'incompatible entre les Verts et les Jaunes. "Ce que dénoncent les gilets jaunes, c’est une forme de précarité que vivent plein de travailleurs, explique-t-il. La vraie question, c'est celle du revenu qu’on laisse aux travailleurs les moins riches, de la répartition des richesses."

Pas question pour autant de demander l'abandon des taxes environnementales : "Il faut aider nos concitoyens à se passer de leur voiture, à isoler leur maison, à pouvoir se loger plus près de leur travail, précise Georges Gilkinet. L’énergie ne sera jamais moins chère que dans les années 60, elle coûte cher avec ou sans fiscalité. La meilleure énergie, c’est celle qu’on ne consomme pas", rappelle le député. Selon lui, on ne peut taxer plus le diesel "sans solution alternative, si le fruit de la taxation n’est pas utilisé pour la transition énergétique et s’il n’y a pas de justice fiscale."

Il ne faut pas comparer un échevin des sports et un ministre de l’Intérieur N-VA

L'écologie semble en tout cas être revenu sur le devant de la scène dans l'opposition, le PS faisant même des appels du pied à Ecolo, en souhaitant, selon les mots d'Elio Di Rupo "des coalitions les plus à gauche possible". "Nos concurrents, quels qu’ils soient, ont observé le signal des électeurs le 14 octobre, note Georges Gilkinet. Si les autres nous font des propositions, nous sommes prêts à travailler avec eux."

Sur un autre volet, Georges Gilkinet a insisté sur la nécessité de signer le pacte de l'Onu sur les migrations, quitte à provoquer l'effondrement de la coalition au fédéral, puisque la N-VA refuse d'apporter son soutien. "La question n’est pas de savoir s’il y aura une crise, mais qui en sera responsable", affirme le député. Selon lui, s'allier à la N-VA était "un choix funeste", même s'il assume le fait que les écologistes de Groen se soient alliés à plusieurs reprises à des membres du parti indépendantiste dans les coalitions communales en Flandre. "Il ne faut pas comparer un échevin des sports et un ministre de l’Intérieur", nuance Georges Gilkinet. Le député estime que le MR porte une grande responsabilité en ayant porté la N-VA "à une place centrale" dans la politique belge, même s'il n'appelle pas de ses vœux la chute du gouvernement fédéral avant le 25 mai. 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK