Contrôle budgétaire: travail vespéral et discret

Contrôle budgétaire: travail vespéral et discret
Contrôle budgétaire: travail vespéral et discret - © NICOLAS MAETERLINCK - BELGA

Les ministres du gouvernement Michel se sont réunis samedi jusqu'à minuit et ont repris dimanche leurs travaux en vue du contrôle budgétaire 2015, a-t-on appris dimanche. La discrétion est de mise sur le contenu des discussions qui devraient aboutir avant le congé de Pâques.

Depuis vendredi, le gouvernement fédéral dispose de tous les chiffres nécessaires pour mener à bien cette opération. Le comité de monitoring a établi l'effort à fournir à 1,2 milliard d'euros. Ces chiffres ont encore été rappelés vendredi dans un communiqué du ministre des Finances qui suivait la remise d'un autre rapport attendu: celui du Conseil supérieur des Finances.

Or, ce rapport pourrait être source de nouvelles meilleures pour le niveau fédéral. Le CSF se fonde sur les données du Bureau du Plan et travaille à moyen terme alors que le comité de monitoring prend en compte des données plus immédiates. Dans la trajectoire qu'il établit pour l'Entité I (fédéral et sécurité sociale) en vue d'un retour à l'équilibre budgétaire en 2018, il fixe une amélioration du solde structurel à 0,6% pour les années 2015, 2016 et 2017, dont la moitié est supportée cette année par une diminution des charges d'intérêt de la dette en raison de la faiblesse de taux d'intérêt, a-t-on expliqué à bonne source.

L'ardoise du fédéral pourrait donc diminuer. Le quotidien "De Tijd" évoquait vendredi, sur la base de ce rapport, un effort de 400 millions d'euros.

Ces chiffres doivent être modulés en fonction des demandes des différents départements. Or, des moyens supplémentaires ont déjà été réclamés pour la sécurité, la Justice et la Défense.

Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK