Contre le séparatisme, le "Pacte pour la Belgique" élargit sa base de soutien

L'association B Plus, groupe qui milite contre le séparatisme et pour une Belgique "moderne, fédérale et solidaire", annonce mercredi avoir passé la barre des 100 signataires de son "Pacte pour la Belgique", un texte déjà soutenu par la majorité des principaux partis politiques (hors N-VA et Vlaams Belang).

Ce sont autant de "personnalités issues du monde économique, intellectuels de droite comme de gauche, acteurs du monde de la santé, journalistes, acteurs du monde culturel" et autres qui ont décidé d'associer leur nom au texte. Mais aussi de nouvelles personnalités politiques, comme le jeune secrétaire d'Etat socialiste à la Relance, Thomas Dermine.

Ce dernier relaie le message le même jour via Twitter. "Un fédéralisme de coopération avec des Régions fortes peut fonctionner, c'est ce que l'on démontre avec le plan de relance", ajoute-t-il. Ce grand chantier du socialiste a nécessité un accord entre toutes les entités sur la répartition des fonds européens mis à disposition de chaque Etat membre pour relancer l'économie post-Covid et la rendre plus "résiliente". Les projets que chaque entité souhaite financer avec cet argent ont ensuite dû être articulés dans un "plan national de relance", qui a permis à la Belgique de toucher un préfinancement de 770 millions d'euros (13% du total). 

Le "Pacte pour la Belgique" énonce une dizaine de principes, de la simplification de la structure de l'Etat (avec possibilité de refédéraliser certaines compétences) à une meilleure collaboration entre les entités fédérées. "L'autorité fédérale doit recevoir les moyens d'agir dans l'intérêt commun lorsqu'il s'avère que les entités fédérées ne sont pas capables de le faire à cause d'une divergence d'intérêts", énonce également le texte. 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK