Conseil des ministres de rentrée: le gouvernement met l'accent sur l'éolien offshore

Conseil des ministres de rentrée: le gouvernement met l'accent sur l'éolien offshore
Conseil des ministres de rentrée: le gouvernement met l'accent sur l'éolien offshore - © Tous droits réservés

Le conseil des ministres s'est penché ce vendredi sur différents dossiers. Le Premier ministre, Charles Michel (MR), s'est ensuite exprimé en mettant l'accent sur la transition énergétique. Les membres du gouvernement fédéral ont adopté une note de principe "pour soutenir les investissements et honorer les engagements" en matière d'énergie éolienne offshore. 

Pour l'instant, quatre parcs offshore sont opérationnels, deux sont en cours de construction et trois nouveaux devraient voir le jour dans les prochaines années. L'objectif affiché est d'atteindre 13% du mix énergétique. 

S'agira-t-il d'une loi-cadre ou d'un arrêté royal? Les détails ne sont pas encore connus. Mais la ministre fédérale de l'Environnement Marie-Christine Marghem (MR) explique que l'ambition est d'atteindre d'une capacité de 1,7 GW en 2030, "cela équivaudra l'énergie fournie par 2 réacteurs nucléaires".

Défense: les militaires restent

Étant donné l’OCAD n’a pas changé son avis sur la menace terroriste, tous les moyens militaires restent en place. "Le nombre de militaires présents dans les rues sont en dessous de la capacité maximale", précise Jan Jambon (N-VA), ministre fédéral de l'Intérieur.

Au niveau du remplacement des F-16, pas de nouveauté par rapport à juin. La procédure d'appel pour décider du remplaçant des F-16 est toujours en cours.

Belfius: gestion en bon père de famille

La valeur en bourse de la banque publique Belfius a baissé d'un milliard d'euros en raison d’incertitudes sur les marchés. Charles Michel réagit à cette annonce : "Je veux être clair : l’état dispose de participations. La valeur évolue. En bon père de famille, il faut  choisir le bon moment et les bonnes modalités."

Dans les dossiers à boucler avant les élections fédérales de mai 2019, le "jobs deal" a une place primordiale : "Il faut mettre tout en oeuvre pour avoir un effet le plus rapidement possible."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK