Congrès du cdH: le parti centriste lance sa tentative de reconquête électorale

Ce samedi marque le début du " processus de refondation " du cdH. Nom de code: "Il fera beau demain". Le parti centriste promet une nouvelle offre politique dans plusieurs moi. Un nouveau nom, un nouveau mouvement… Et une nouvelle doctrine ? Le congrès de ce samedi rassembler un millier de militants et sympathisants, pour lancer une réflexion "participative". C’est la survie électorale du parti qui est en jeu.

En invité vedette, le philosophe français Luc Ferry (ancien ministre de l’Éducation sous Jacques Chirac) qui devrait aborder la "nécessaire réinvention du lien entre citoyens et élus". Seront Egalement présents, Eric Domb, patron du parc animalier Pairi Daiza, Juliette Boulet, porte-parole de Greenpeace Belgique et ancienne députée Ecolo, ainsi que Christine Mahy, secrétaire générale du Réseau wallon de lutte contre la pauvreté.

"Il fera beau demain"

Dans une vidéo postée à la mi-journée, le parti affiche sa volonté de proposer "un discours positif (...) afin que chacun ait la conviction qu’il fera beau demain".

Ce samedi matin, dans Le Grand Oral sur La Première, Le président du cdH annonçait une "nouvelle page" pour son parti : "Si le cdH est invité à se réinventer, peut-être par la force des choses, à la lumière de la perte structurelle de confiance des électeurs, plus globalement la refondation à laquelle j’invite tous les citoyens, on ne la limite pas aux seuls militants. Nous ne sommes pas dans un processus de l’entre-soi".

C’est plus facile de camper sur ses certitudes et de dire que si le cdH a, d’élection en élection, de moins en moins d’électeurs, c’est que ceux-ci n’ont rien compris.

"Et cette co-construction, est une mise en danger. C’est probablement plus facile de camper sur ses certitudes et de dire que le projet du cdH est le meilleur du monde, et que si le cdH, a d’élection en élection de moins en moins d’électeurs, c’est que ceux-ci n’ont rien compris". Toujours est-il que le constat est bel et bien là.

La dégringolade électorale cdH

Aux dernières élections, le score des humanistes était en nette baisse, à tous les niveaux de pouvoirQuatrième parti francophone au fédéral (derrière le PS, le MR et Ecolo, le cdH), cinquième parti en Wallonie (seule région où le cdH s’est maintenu au-dessus des 10%) et sixième parti à Bruxelles (avec 7,6% des suffrages). Le constat est en fait cinglant: excepté des situations communales particulières, les humanistes ont réalisé lors des scrutins de 2018 et 2019, au fédéral, en Wallonie et à Bruxelles, leurs moins bons scores historiques.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK