Congrès des FDF: vers le modèle du libéralisme social

Mme Antenne, 96 ans, saluée par Olivier Maingain
3 images
Mme Antenne, 96 ans, saluée par Olivier Maingain - © Belga/NICOLAS MAETERLINCK

Les militants FDF se réunissent dimanche à Woluwe-Saint-Pierre pour approuver un Manifeste qui revisite leurs fondements idéologiques. Leur départ du MR et la crise économique n'ont pas entamé leur credo dans un modèle libéral social. Dans ce document d'une quarantaine de pages, la formation amarante se veut "résolument progressiste" et rejette "toutes formes de conservatisme de droite comme de gauche, de protectionnisme écolo ou populiste et de nationalisme".

La plus ancienne militante des FDF affiche 96 printemps depuis dimanche. Il s'agit de Mme Antenne, une habitante de Woluwe Saint-Pierre, dont la présence aux congrès de la formation amarante est plus assidue que celle de certains mandataires, dit-on dans l'entourage du parti. La nonagénaire qui ne demande aucun autre égard dû à son rang, lors des congrès, qu'une chaise réservée s'est vu remettre un bouquet de fleurs et un hommage appuyé du président Olivier Maingain, au terme du congrès d'approbation du Manifeste idéologique du parti.

Un moment de détente pour une matinée chargée. Dans ce document d'une quarantaine de pages, la formation amarante se veut "résolument progressiste" et rejette "toutes formes de conservatisme de droite comme de gauche, de protectionnisme écolo ou populiste et de nationalisme".

Le libéralisme social

Les FDF entendent promouvoir un Etat fédéral dans une Europe fédérale renforcée, plus protectrice des citoyens. Ils veulent infléchir les forces du marché pour les mettre au service du bien-être collectif. Ils veulent ainsi revoir à la baisse les charges sur le travail pour les resituer dans la moyenne européenne et davantage taxer les revenus de la spéculation et les atteintes à l'environnement. Les FDF prônent un investissement prioritaire dans le capital humain à travers l'enseignement, la formation, et l'innovation pour mieux faire éclore les idées nouvelles, en particulier chez les jeunes. Sur le plan social, le Manifeste soutient le principe de la solidarité interpersonnelle, fondée sur le concept de responsabilisation de tous les acteurs publics et privés.

Les FDF veulent raboter l'indexation sur les hauts salaires, et simplifier la fiscalité, qui doit être progressive. Pas question pour eux de détricoter la sécurité sociale qui évite la chute des plus précarisés dans une pauvreté irréversible, mais il faut tendre vers un statut unique de la personnes protégée. Leur modèle de référence plaide pour l'intégration de la dimension environnementale dans tous les processus de décisions économiques et sociales. Il entend enfin renforcer la transparence, et l'évaluation des politiques publiques. On épinglera à ce sujet la volonté FDF de rationaliser les organismes publics en supprimant à terme les intercommunales.

Olivier Maingain égratigne les partis de la majorité

"Vous nous avez dit: il faut accepter une grande réforme de l'Etat, véritable chantage institutionnel des partis flamands, avant toute formation du gouvernement fédéral, c'est le prix à payer pour stabiliser le pays pour longtemps... Le nationalisme flamand n'a jamais été aussi virulent... Les partis signataires de l'accord ont gagné tout au plus quelques années et contrairement ce qu'ils espèrent, le CD&V ne sera pas en reste par rapport à la N-VA", a averti Olivier Maingain, concluant le congrès idéologique de son parti.

Au passage il s'en est pris aux trois partenaires francophones de la majorité fédérale. Il a ainsi reproché au PS de s'arc-bouter sur une conception idéologique de l'indexation des salaires "au-delà du raisonnable" et au MR de protéger les revenus du capital au détriment des revenus du travail. "Au centre, Mme Milquet assomme, à chaque fait divers quelque peu médiatisé, ses services de plans et de circulaires tellement nombreux qu'ils n'ont pas le temps de les lire et que des jeunes continuent de partir en Syrie en toute impunité. Sans oublier que la même Mme Milquet avait présenté comme la Hillary Cinton du cdH Mme Marie-Dominique Simonet, dont le seul décret inscription évoque tout le désastre de toute politique pour l'enseignement", a-t-il dit.

Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK