Congé de Toussaint prolongé jusqu'au 11 novembre : la ministre Caroline Désir promet des solutions pour les garderies

"Des contacts sont en cours avec ma collègue ministre de l’Enfance" (NDLR : Bénédicte Linard, Ecolo) afin de trouver des solutions pour les garderies, durant la prolongation du congé de Toussaint, jusqu’au 11 novembre inclus. C’est ce qu’a annoncé ce jeudi, dans le JT de 19h30 de la RTBF, Caroline Désir (PS), ministre de l’Education en Fédération Wallonie-Bruxelles.

L’annonce est tombée jeudi après-midi : le congé de Toussaint prévu cette année du 2 novembre au 6 est prolongé de trois jours jusqu’au jour férié du 11 novembre (inclus), date de la commémoration de l’armistice de 1918. Cette décision est la conséquence de la multiplication de cas dans les écoles, avec un nombre grandissant de membres du personnel touchés par le coronavirus.

Les parents sont mis à rude épreuve

Mais voilà, avec un congé rallongé, qui va garder les enfants? La ministre promet donc des solutions. "Les parents sont mis à rude épreuve", a-t-elle reconnu. Pour elle, "une solution doit absolument être trouvée" via l’accueil extrascolaire.

Pour la ministre, "rien ne remplace les cours dispensés par un enseignant". Il est "important", estime-t-elle, que les enfants continuent d’aller à l’école, "pour l’apprentissage" ainsi que pour le "lien social, essentiel au développement des enfants et des adolescents". Mais aujourd'hui, au vu de la situation épidémique, un break est décidé.

On le sait : les codes couleurs qui régissent les conditions d’accueil des élèves dans les établissements scolaires peuvent évoluer en fonction de l'aggravation de l’épidémie. La ministre Caroline Désir annonce que des contacts auront lieu avec les acteurs du monde de l’enseignement (représentants des réseaux, associations de parents, syndicats…). Des contacts seront établis avec les ministres des autres communautés du pays. Rappelons que le congé de Toussaint ne sera pas rallongé en Flandre, comme l’a annoncé le ministre de l’Enseignement Ben Weyts (N-VA). 

On a vu votre détresse

En Fédération Wallonie-Bruxelles, une partie des réformes contenues dans le pacte d’excellence sont reportées. "Là aussi, on a voulu envoyer un signal" en direction du personnel enseignant et des directions d'écoles. "On a vu votre détresse. Tout cela est assez chaotique" sachant qu’une partie du personnel enseignant (entre 12 et 15%) est malade ou en quarantaine. "Parfois, c’est la moitié des équipes pédagogiques."

Caroline Désir, elle-même infectée par le coronavirus, confie avoir "la chance de ne pas ressentir de symptômes trop importants". Mais, "il n’est pas facile", dit-elle, "de gérer tout cela à distance"

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK