Conflit social à la FN Herstal: toujours aucun contact entre direction et syndicats

Les affiliés FGTB de la FN Herstal ont débrayé jeudi matin au terme d'une assemblée générale portant sur diverses revendications non rencontrées par la direction, estiment les syndicats. Cette décision engendrera la fermeture de l'usine dès ce 20 octobre et ce pour une durée indéterminée tel que prévu par le préavis d'action déposé à la direction qui n'avait toujours pas contacté les syndicats jeudi en fin de journée.

La délégation syndicale sollicite une réunion "qui lui est refusée depuis longtemps". Cette rencontre peut se tenir soit avec la direction ou le conseil d'administration "pour sortir du conflit et de l'escalade patronale par le haut", estime la délégation syndicale qui est prête à s'effacer pour permettre aux interlocuteurs de la FN de rencontrer ceux de la Fédération des Métallos Liège Luxembourg qui ont eux aussi accusé une fin de non-recevoir.

Négocier certaines avancées sociales

Les représentants des travailleurs du syndicat socialiste estiment que la direction ne tient pas ses promesses en termes d'échéancier à l'agenda et que le système politique actuel "veut écraser la résistance sociale, surtout celle organisée par la FGTB"

La FGTB fustige également les attaques répétées de la direction, qui, après avoir envoyé des huissiers lors du précédent conflit social, requiert désormais la présence de la police ou sanctionne de façon très sévère des problèmes qui auraient abouti, dans d'autres circonstances, à des sanctions moins importantes.

La délégation syndicale FGTB estime qu'au vu des efforts répétés de la part des travailleurs, la direction pourrait se mettre à table et négocier certaines avancées sociales.

Le personnel se rendra à Namur, siège du gouvernement wallon, actionnaire principal de l'entreprise d'armement si rien ne bouge d'ici là.

Ce nouveau conflit entre direction et syndicats intervient seulement après la reprise du travail actée le 11 octobre dernier après une première grève de neuf jours, laquelle avait porté sur les négociations sectorielles et n'avait abouti à aucune avancée pour les travailleurs.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK