Conflit chez Ryanair: Kris Peeters veux se concerter avec ses homologues des pays européens

A propos du conflit social chez Ryanair, le ministre de l'Emploi et des Consommateurs, Kris Peeters (CD&V), a expliqué à la RTBF : "Quand vous avez une entreprise multinationale comme Ryanair, il y a évidemment des possibilités de jouer avec les législations, et cela est un grand problème. Moi j'ai la responsabilité de dire à Ryanair qu'elle doit respecter la législation évidemment, mais je dois aussi éviter que Ryanair dise que la législation est trop sévère en Belgique, et qu'elle veut jouer avec une autre législation, dans un autre pays".

Il a annoncé qu'il prendrait contact avec ses homologues des pays européens dans lesquels le personnel de la compagnie irlandaise à bas coûts Ryanair a mené des actions pour réclamer de meilleures conditions de travail et l'application du droit du travail du pays dans lequel il opère.

Il s'agit de l'Irlande, de l'Allemagne, de la France, de l'Espagne, des Pays-Bas et de la Suède, a-t-il précisé.

Kris Peeters espère organiser une concertation avec ses homologues européens au cours des prochains mois, comme en réponse à la demande de l'association des pilotes belges, la Belgian Cockpit Association (BeCA), qui a souhaité jeudi que les autorités politiques belges et européennes mettent davantage la pression ou usent de leur influence sur la direction de Ryanair.

"Le conflit social chez Ryanair ne s'arrête pas aux frontières d'un pays et c'est pour cela qu'il est utile que nous nous organisions aussi au niveau politique entre les différents ministres de l'Emploi", a-t-il expliqué.

Kris Peeters a rappelé que la législation du travail variait, en Europe, de pays à pays ou qu'elle était sujette à des interprétations différentes, "ce qui crée de l'insécurité parmi les travailleurs et les entreprises".

"Je veux discuter avec mes collègues-ministres, échanger les bonnes pratiques", "afin d'arriver à une solution cordonnée", ajoute le ministre.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK