Condamné à la perpétuité pour l'assassinat de son fils

RTBF
RTBF - © RTBF

Un ex-para a été condamné lundi à la réclusion à perpétuité par la cour d'assises de Namur pour l'assassinat de son fils à Freyr en avril 2007. La cour n'a retenu aucune circonstance atténuante pour Patrice Gailleterie.

A la cour d'assises de Namur, se déroulait ce lundi la sixième et dernière journée du procès de Patrice Gailleterie. Vendredi, il avait été reconnu coupable d'assassinat sur son fils Corentin de 8 ans.

Au cours de son réquisitoire, l'avocat général a indiqué que le code pénal punissait l'assassinat par la réclusion à perpétuité, mais qu'en vertu de circonstances atténuantes la peine pouvait être revue à la baisse jusqu'à trois ans d'emprisonnement. "Dans ce cas-ci, je n'ose imaginer comment vous pourriez descendre à 3 ans", a indiqué Serge Mottiaux, l'avocat général. Il a rappelé, en reprenant les propos de l'expert psychiatre, qu'un trouble de la personnalité ne se soigne pas.

"Patrice Gailleterie est dangereux et est un récidiviste en puissance", a noté Serge Mottiaux. Il a demandé aux jurés et à la cour de prononcer la perpétuité à l'égard de l'accusé.

Dérapage effroyable

Maître Xavier Magnée, avocat de la défense, a ensuite tenté de reconstruire le dérapage effroyable qui s'est construit à partir d'un divorce. Il a ajouté que son client a dû être partiellement aveuglé par une passion qui l'a submergé pour commettre de tels faits. "La justice va décider du sort de cet homme pour qui la perpétuité ou 30 ou 20 ans ne signifie plus rien parce que sa vie ne signifie rien. Il n'y a plus que des regrets", a conclu maître Xavier Magnée.

Les parties civiles ont sollicité au nom de Laurence Fontaine, la mère de Corentin, la restitution de certains objets faisant parties des pièces à conviction tels que le journal de classe de Corentin, son cahier de mathématique, ainsi que les 16 albums photos qui ont été saisis au domicile du père.

La cour et les jurés se sont ensuite retirés pour délibérer et ont condamné Patrice Gailleterie à la réclusion à perpétuité. Ils ont motivé la décision par ces arguments : la gravité extrême des faits commis par Patrice Gailleterie, la détermination et l'acharnement dont il a fait preuve, le traumatisme irréparable pour les proches de la victime, la personnalité narcissique de Patrice Gailleterie, son risque de récidive et son absence de remise en question.

La cour a ordonné la restitution à Laurence Fontaine de la casquette, du journal de classe et d'un cahier de mathématique, mais les photographies ne lui seront pas restituées.

"Nous allons apprécier maintenant la régularité de la procédure et voir si il y a lieu de pourvoir en cassation. Il nous reste 15 jours pour nous prononcer", a indiqué Maître Xavier Magnée.

 

RTBF avec Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK