Concours d'entrée en médecine: "la leçon n'a pas été retenue", selon le Comité inter-universitaire des étudiants en Médecine

Le Comité inter-universitaire des étudiants en Médecine (CIUM) estime lundi dans un communiqué que "la leçon n'a pas été retenue" concernant le concours d'entrée en médecine. Le CIUM réagit à la nouvelle proposition d'arrêté en faveur d'un concours d'entrée en médecine qui a été approuvée au Conseil des ministres "sous couvert d'une augmentation du nombre des numéros INAMI de 505 à 555", précise-t-il.

"Cette proposition montre que les leçons à tirer des dernières années n'ont malheureusement pas encore été intégrées", estime le CIUM qui ressort trois principaux constats. "Les chiffres du cadastre servant à déterminer les quotas INAMI, basés uniquement sur l'offre de médecins (donc sur le nombre de médecins sur le territoire), ne permettent en rien d'objectiver correctement le besoin en médecins et sous-estiment même ces besoins", pointe d'abord le Comité inter-universitaire. 

Ensuite, "avec la pandémie actuelle, la lumière a été faite sur la pénurie de médecins et tout un chacun a pu prendre conscience de cet état de pénurie", ajoute-t-il et de souligner que "les conditions de travail difficiles des médecins assistants, rappelées au grand public par les différents mouvements de contestations du mois passé, vont également encore se détériorer avec la diminution du nombre de diplômés en médecine et l'augmentation de la charge de travail".

Le CIUM demande donc au gouvernement de revoir sa position sur le sujet et de tenir compte de la situation de terrain et la dégradation des soins de santé en Belgique.

Il y a quelques jours, la Fédération des étudiants francophones a rappelé son opposition ferme à un concours à l'entrée des études de médecine. La FEF demandait par ailleurs de repenser le système de planification des soins de santé en Belgique face à la pénurie de médecins.

Les médecins assistants francophones veulent un meilleur statut: JT 20/05/2021

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK