Conclave budgétaire: l'ajustement sera plus compliqué que prévu en Wallonie

Conclave budgétaire: ajustement budgétaire plus compliqué que prévu en Wallonie
2 images
Conclave budgétaire: ajustement budgétaire plus compliqué que prévu en Wallonie - © NICOLAS MAETERLINCK - BELGA

Le contrôle budgétaire débute ce weekend. A priori, le fédéral dispose maintenant de tous les chiffres, en plus de l'avis du Conseil supérieur des Finances. Les ministres pourraient donc très bientôt entamer leur contrôle budgétaire. Pourtant, de nouvelles zones d'ombre sont apparues sur les Finances de l'Etat. Le conclave s'annonce agité, alors que les régions ont appris qu'in fine elles devront réaliser un effort plus important qu'annoncé.

C'est ce weekend que le contrôle budgétaire doit normalement démarrer. Questions lieu, heure et agenda, le gouvernement Michel joue jusqu'à présent la carte de l'extrême discrétion. Tout au plus sait-on que désormais le conseil des ministres restreint dispose de tous les chiffres et de tous les avis nécessaires à ses travaux. A commencer par le rapport du comité de monitoring qui évalue à 1,2 milliard d'euros l'effort budgétaire à consentir si la Belgique veut rester dans les clous européens. Comprenez : un déficit de 2,1% du PIB en 2015. Le gouvernement Michel qui a, par ailleurs, reçu quelques bonnes nouvelles ces derniers jours. Alors que le comité de monitoring  prévoyait une croissance de 1%, le bureau du Plan lui évoque plutôt 1,2%c. C'est toujours ça de pris. Par ailleurs, avec des taux d'intérêt en chute libre, la charge de la dette s'avère pour l'avenir moins lourde. Tout bénéfice donc puisque l'effort à réaliser pourrait tout aussi bien être moins élevé qu'annoncé par le comité de monitoring.

Enfin, le Conseil supérieur des Finances (CSF) a rendu son avis sur le prochain programme de stabilité que doit rendre la Belgique à la Commission européenne. IlCSF reste très positif, en témoigne Kris Peeters, Vice-Premier ministre CD&V : "Le plus important maintenant est de clarifier cela et de savoir quel montant on doit chercher. J'espère que ce montant sera moindre", ajoute-t-il. Dans la ligne de ce que propose le gouvernement Michel, le CSF recommande à toutes les entités - fédéral, communautés et régions, pouvoirs locaux - de parvenir à l'équilibre budgétaire en 2018. 

Effort plus douloureux pour les régions

Si on sait que d'habitude c'est au fédéral qu'incombe la plus grosse partie de l’effort budgétaire, les régions seront loin d'être en reste. Vendredi, c'était même la douche froide pour les entités fédérées. Leurs contributions s'annoncent finalement plus élevées qu'annoncées. En cause : une détérioration des recettes plus importante que prévue.

Côté wallon, on ne décolère pas. Dans un premier temps, la Région wallonne avait annoncé – non sans un brin d’euphorie - un effort d’ajustement de (seulement) 70 millions d'euros. Avec cette détérioration, l'ajustement budgétaire grimperait - selon diverses sources - jusqu’à quelques 200 millions d’euros, soit un effort trois fois plus important que prévu...

A Bruxelles et en Flandre, la nouvelle n'a pas non plus fait bondir de joie les ministres respectifs du Budget, mais pour l'heure on se garde de tout commentaire avant une réunion de franches explications programmée avec le ministre fédéral du Budget mardi prochain.

Bref, de quoi pimenter - si c'était nécessaire - un peu plus le conclave budgétaire. Outre les traditionnels et difficiles arbitrages entre économies et nouvelles recettes, il faut donc aussi s'attendre à quelques belles passes d'armes entre les différentes entités. Des entités, faut-il le rappeler, gouvernées par des majorités différentes.

 

Rachel Crivellaro

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK