Concertation: une pause sociale "serait l'idéal", selon Didier Reynders

Le vice-premier ministre Didier Reynders
Le vice-premier ministre Didier Reynders - © VIRGINIE LEFOUR - BELGA

Le conseil des ministres restreint s’est réuni ce mardi, au lendemain de la grève générale. Le ministre de l'Emploi Kris Peeters annonce qu'il rencontrera discrètement les interlocuteurs sociaux : patrons et syndicats.

Les représentants patronaux et syndicaux ont prévu de se retrouver ce mercredi au sein du groupe des 10. Ces discussions seront sans doute alimentées par le rapport du Conseil central de l'économie sur la compétitivité et le handicap salarial. Cette note fixe traditionnellement la marge d'évolution des salaires pour les deux années qui viennent, et que devraient en principe négocier patrons et syndicats.

Ce rapport doit-il être discuté entre patrons et syndicats, ou le gouvernement tranchera-t-il ? Le vice-premier ministre MR Didier Reynders rappelle que "la procédure passe d’abord par une consultation des partenaires sociaux. Et en fonction du résultat, le gouvernement suit, ou prend une décision".

Et le saut d’index suivra également cette procédure, selon lui. Pour Didier Reynders, une pause sociale "serait l’idéal" afin que les partenaires sociaux puissent se mettre autour de la table pour "discuter et négocier sans avoir une agitation sociale. Mais ça c’est le choix que les partenaires sociaux devront faire."

A.L. avec M.-P. Jeunehomme

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK