Concentrations en dioxine trop élevées dans l'Escaut et l'Yser

RTBF
RTBF - © RTBF

Une étude réalisée par la VUB révèle que les concentrations de dioxine dans l'Yser et dans l'Escaut sont trop élevées. Une situation qui cause des dommages écologiques et affecte, en premier lieu, les animaux marins sensibles comme les anguilles.

Cependant, cette concentration en dioxine n'est pas directement dangereuse pour l'homme, a précisé à Belga Hermes Sanctorum, chercheur de la VUB.

Pour M. Sanctorum, il faut combattre activement la pollution historique.

En effet, les dioxines sont difficilement dégradables et s'entassent dans l'environnement. Elles constituent donc un risque écologique considérable qui affecte gravement la santé des animaux marins sensibles des fonds des fleuves (comme l'anguille). Et, comme chez l'homme, les dioxines peuvent causer des cancers, des malformations et des tumeurs chez les animaux marins.

La présence trop élevée de dioxine dans les deux fleuves n'a donc pas d'effet nocif direct sur l'homme. Elle pourrait cependant lui être dommageable s'il consommait des anguilles, par exemple.

Mais, comme les anguilles sauvages sont interdites à la consommation depuis longtemps en raison du taux trop élevé de PCB dans ce poisson, le risque est très limité.

Au cours de leurs travaux, les chercheurs de la VUB ont comparé les concentrations en dioxine des deux fleuves avec des critères de qualité canadiens car il n'existe pas de critères internationaux. Les concentrations en dioxine dépassaient les critères établis au Canada dans les deux cas, mais des concentrations plus élevées et même très élevées par endroits ont été relevées dans l'Escaut.

Les dioxines se concentrent dans le fond des cours d'eau puis elles se libèrent dans l'eau lentement mais pendant des décennies. "Il est donc très important de faire attention aux 'pollutions historiques', car celles-ci ont un effet sur la santé humaine", selon les chercheurs. En effet, les consommateurs pourraient être touchés via la consommation de poissons.

Les chercheurs estiment donc que notre pays doit consacrer plus d'attention et de moyens à la lutte contre la 'pollution historique'.

Ils veulent que la concentration en dioxine soit également prise en compte dans les programmes de surveillance des rivières.

Enfin, ils réclament d'urgence des investissements dans la recherche de techniques d'assainissement pour éliminer cette "pollution historique".

 

(Belga)

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK