COMORI: premiers accords engrangés, dont la scission de BHV

Elio Di Rupo
Elio Di Rupo - © KRISTOF VAN ACCOM (belga)

Elio Di Rupo et les huit présidents de partis réunis au sein du COMORI, le Comité ministériel de mise en Oeuvre des Réformes Institutionnelles, sont tombés d'accord, après 14 heures de discussions, sur la mise en oeuvre du premier volet de la 6e réforme de l'Etat, dont la scission de BHV.

Le Comité a validé l'ensemble des propositions de textes légaux transposant les accords conclus fin 2011.

Ils y auront passé la totalité de la journée, enfermés au Lambermont, la résidence de fonction du Premier ministre, uniquement distraits par les bons repas concoctés par Maria, cuisinière en chef d'Elio Di Rupo. 14 heures de discussions, quelques pinaillages de dernière ligne droite et, finalement un accord, les chapitres les plus ardus ayant été finalement le BHV judiciaire (90 pages sur les 200) et l'organisation de l'amélioration du vote des Belges de l'étranger. Quelques éclats de voix mais finalement une volonté commune d'aboutir. Résultat: les 8 partis, après relecture par des techniciens ce jeudi, vont déposer simultanément à la Chambre et au Sénat les propositions de révision de la Constitution, de lois spéciales et de lois ordinaires, avec un partage des tâches pour gagner du temps: à la Chambre, les textes sur la scission de l'arrondissement judiciaire de Bruxelles-Hal-Vilvorde, le droit de vote des Belges à l'étranger; au Sénat, le BHV électoral, le refinancement de Bruxelles, la nouvelle procédure de désignation des bourgmestres de la périphérie, la communauté métropolitaine bruxelloise et le renouveau politique. Aux présidents d'assemblées le soin de tout envoyer dès vendredi si possible au conseil d'Etat. Celui-ci a 45 jours pour se prononcer, ce qui renvoie le début du vrai travail parlementaire à la mi-mai pour un vote de l'ensemble d'ici les vacances estivales. C'est la volonté, en tout cas, de négociateurs sortis cette nuit fatigués mais plutôt satisfaits.

Fabien Van Eeckhaut

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK