Communales: projet d'accord à Anvers entre la N-VA, le sp.a et l'Open Vld, baptisé "La Grande Convergence"

Le bourgmestre d'Anvers Bart De Wever et les chefs de file de la nouvelle majorité locale ont présenté leur nouvel accord de la mandature communale qui s'ouvre. Baptisé "La Grande Convergence" (De Grote Verbinding), l'accord qui fait référence aux convergences qui s'annoncent en termes de mobilité, avec la liaison Oosterweel de désengorgement de la métropole, de sécurité, de lien social, d'enseignement et de gestion administrative.

L'équipe N-VA, Open Vld, sp.a s'engage ainsi pour une politique de ville durable et de proximité.

Les nouveaux échevins ne sont pas encore connus. Ils ne seront désignés qu'après la validation de l'accord par les congrès des partis de la nouvelle majorité.Ces trois partis dirigeront la métropole durant la prochaine mandature communale (2019-2024). Présenté à la presse vendredi après-midi au musée Plantin-Moretus, l'accord n'existe encore que sous forme de projet car il doit être avalisé par les congrès de parti.

Une N-VA restée au sommet, au lendemain des électons

Conservant son statut de premier parti, la N-VA a obtenu 35% des voix aux élections à Anvers, soit 23 sièges au conseil communal, confirmant à quelques voix près le score qui avait permis à Bart De Wever et son équipe de s'emparer des clés de l'hôtel de ville en 2014. A Anvers, ce sont les écologistes de Groen qui ont connu la plus forte progression le 14 octobre dernier, passant de 8 à 18%, et de 4 à 11 sièges. Le chef de file des Verts anversois, Wouter Van Besien avait cependant rejeté d'emblée toute collaboration avec la N-VA de Bart De Wever, lui préférant une coalition de centre-gauche. Mais le résultat des élections, avec une N-VA restée au sommet et un infréquentable Vlaams Belang, resté stable, avaient empêché ce type de coalition de voir le jour.

Avant les élections, Bart De Wever s'était dit favorable à l'idée de continuer avec sa majorité suédoise locale mais le résultat du scrutin ne lui offrait que 28 sièges sur 55, une majorité fort légère. Le président de la N-VA a dès lors proposé la "réconciliation" à la gauche. Groen persistant dans son refus de négocier avec Bart De Wever, il ne restait plus que le sp.a. L'Open Vld pouvait alors être maintenu dans l'équipe, au contraire du CD&V du transfuge Kris Peeters qui aura échoué à faire tomber Bart De Wever de son piédestal. Le CD&V se trouvait dans la majorité sortante. Il en est éjecté. Il n'obtenait plus que 3 sièges le 14 octobre dernier, un de plus, cependant, que l'Open Vld. Le sp.a, qui dirigeait la ville jusqu'en 2012 ne conserve lui plus que 6 sièges.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK