Communales 2018: "L'engagement citoyen va prendre un nouveau visage"

Jacques Gobert, président de l’Union des villes et des communes de Wallonie et bourgmestre socialiste de La Louvière était l'invité de La Première mardi matin.

Dans un peu plus de 6 mois, ce sont les communales 2018. L’heure du renouveau politique car "tous les candidats aux élections devront se remettre en question", insiste-t-il.

"Il faut recoller les morceaux avec le citoyen. C’est la raison pour laquelle les communes auront des défis importants à relever, notamment au niveau de la gouvernance et de la déficience. Il est important de raviver la démocratie et de faire en sorte que le terreau local soit vraiment le lieu où on se reconstruit."

Retisser le lien entre le citoyen et le politique

Un terreau, justement enrichi par de nouvelles règles, comme la suppression de l’effet dévolutif de la case de tête, qui entrera en vigueur en octobre prochain. Une manière de limiter le poids des partis.

"On le sait, on votait de moins en moins en tête de liste. Mais le problème est beaucoup plus fondamental. C’est dans le comportement, la proximité, la confiance, la transparence et dans la participation citoyenne que l'on peut espérer que le lien entre le citoyen et son représentant politique se retisse."

Un fossé s’est creusé entre les deux, notamment autour des affaires Publifin et du Samusocial. Selon lui, "le communal est le premier niveau de proximité, en contact direct avec le citoyen. Je crois que c’est par ce biais-là qu’on peut retisser le lien.

Il ajoute que "l’engagement citoyen va prendre un nouveau visage. On peut imaginer que les listes ne soient plus étiquetées par des logos de partis traditionnels, mais bien par une expression citoyenne spontanéeIl y a des partis qui se cachent derrière des fausses listes citoyennes et puis il y a la vraie émanation citoyenne. Je crois que tous les modes d’expressions seront les bienvenus."

L'expression féminine au rendez-vous

De nouvelles règles seront appliquées pour les communales 2018 : la tirette obligatoire et 2/3 du même sexe maximum dans les collèges. Donc, plus de femmes demain, un élément positif selon lui. "C'est peut-être dommage de devoir passer par de telles contraintes mais il faut parfois forcer un peu le destin."

Les femmes seront bien plus présentes, même si "la difficulté dans de nombreuses communes", explique-t-il, "c’est de trouver des listes complètes et de mobiliser suffisamment de femmes pour être candidates."

Les finances communales, "globalement tendues"

L'état des finances après cette législature ne sera par ailleurs pas très bon pour certaines communes. Elles sont même "globalement tendues", explique-t-il.

"Certaines beaucoup plus que d’autres. Celles-là sont d’ailleurs sous la tutelle du CRAC, le centre régional d'aide aux communes. On constate que les communes connaissent cet effet 'ciseau', avec les dépenses qui augmentent et les recettes qui ont tendance à diminuer."

Le Taxshift par exemple, virage fiscal opéré par le gouvernement, coûte aux communes. Mais il y a aussi "la problématique des pensions des agents statutaires et des agents du service de sécurité. Ce sont des exemples qui génèrent des inquiétudes dans toutes les communes belges."

Des décisions qui coûtent

"Pour 2017, on est a plus de 200 millions de charges supplémentaires pour les communes et ce problème ne va faire que croître dans les années à venir."

Une diminution de la capacité d’investissement au moment où l’électeur va aller dans les urnes. "Les investissements ont déjà chuté de 15% en 2015 et de 7% en 2016. Nous sommes aussi des acteurs de la vie économique, derrière cela il y a des entreprises qui travaillent."

C'est pourquoi, selon lui, la notion de cohésion sociale est très importante. "Si on brise cet outil important pour qu’une société puisse vivre de manière équilibrée, je crois qu'on va au devant de gros problèmes sociétaux."

Cohésion sociale qui sera d’ailleurs l’une des priorités de Jacques Gobert et qui figureront dans un mémorandum adressés aux différents niveaux de pouvoir en vue des prochaines élections communales.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK