Commission Finances et Budget: chacun campe sur ses positions

Le  député PS Ahmed Laaouej:  "Vous racontez n’importe quoi. Je comprends que vous ayez des choses à cacher, mais ici, au Parlement, nous sommes là pour clarifier les choses."
Le député PS Ahmed Laaouej: "Vous racontez n’importe quoi. Je comprends que vous ayez des choses à cacher, mais ici, au Parlement, nous sommes là pour clarifier les choses." - © VIRGINIE LEFOUR - BELGA

Les explications du ministre avaient été reportées à deux reprises, c'est dire si l'opposition attendait de pied ferme le ministre N-VA des Finances Johan Van Overtveldt, ce mercredi matin en commission Finances et Budget. Le tout pour des explications sur le "virage fiscal" annoncé par le gouvernement fin juillet et qui a fait l'objet d'un accord global début octobre. Le débat a démarré avec une certaine tension lorsque l'on a abordé l'ordre du jour.

Dès l’entame des travaux, le député PS Ahmed Laaouej s'emporte contre la majorité à laquelle il reproche de ne pas pouvoir entamer un vrai débat sur le virage fiscal. "Vous racontez n’importe quoi. Je comprends que vous ayez des choses à cacher, mais ici, au Parlement, nous sommes là pour clarifier les choses."

Avec comme résultat un débat de trente minutes de débat de  procédure, pour savoir si l’échange de vues, prévu avec le ministre des Finances, allait bien avoir lieu. Un débat surtout demandé par l’opposition et pas par la majorité où N-VA et MR ont passé leur tour. Illustration avec Thierry Piedbeuf, député MR qui a déclaré: "Nous connaissons la matière. Nous attendons de voir ce que nos adversaires en pensent. Puis nous réagirons".

Tous les partis de l’opposition ont dénoncé une réforme fiscale, peu, mal ou pas financée, l’oubli de toute taxe sur le capital, l’obsession des 100 euros de salaire supplémentaires, les effets négatifs des accises sur le diesel, la hausse de la TVA sur l’électricité ou le saut d’index.

La première réponse du ministre des Finances Johan Van Overtveldt ne surprendra personne et se résume en une défense en bonne et due forme du tax shift avancé par le gouvernement au début de ce mois. Chacun est resté dans son rôle.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK