Commission "Attentats": un document de travail qui blanchit Bart De Wever

"Une présence inopportune" mais qui "s'explique", peut-on lire dans le rapport.
"Une présence inopportune" mais qui "s'explique", peut-on lire dans le rapport. - © LAURIE DIEFFEMBACQ - BELGA

La commission d'enquête parlementaire "Attentats" est en train de peaufiner son rapport final sur le volet "services de sécurité et de renseignements". Nous avons pu, en exclusivité, nous procurer les bonnes feuilles d'un récent document de travail. Parmi elles, il y a des explications au sujet de la présences Bart de Wever le 23 mars 2016, au lendemain des attentats de Bruxelles, à une réunion avec les principaux responsables de la police au cabinet du ministre de l'Intérieur Jan Jambon. Que faisait là Bart de Wever à une réunion de crise sécuritaire? "Une présence inopportune" mais qui "s'explique", peut-on lire dans ce document.

C'était le lendemain des attentats de Bruxelles: Bart De Wever se retrouve en présence des plus hauts responsables de la police fédérale, judiciaire et de la lutte anti-terrorisme pour une réunion de crise sur les ratés dans l'échange d'informations avec la Turquie sur le sort d'Ibrahim El-Bakraoui, arrêté en juin 2015 sur la frontière syrienne et expulsé vers les Pays-Bas, sans possibilité pour les enquêteurs belges de le récupérer. Cette "affaire" reste l'un des ratés des enquêtes en cours sur les attentats de Bruxelles.

Découverte des mois plus tard, la présence de Bart de Wever avait choqué. Du côté de l'opposition, certains pointaient le risque que des informations confidentielles aient pu être dévoilées. Du côté de la N-VA, on parlait de "simple hasard": une réunion hebdomadaire N-VA fixée au cabinet de l'Intérieur, dans un contexte hors normes.

Simple observateur

Dans le rapport de la Commission, dans le texte que nous avons pu consulter, Bart de Wever est "blanchi". "La présence du président de la N-VA peut s’expliquer par le fait que le ministre de l’Intérieur, sur la base d’informations disponibles avant cette réunion, avait pris la décision de présenter sa démission", détaille le document. Résultat: si la Commission évoque une "présence inopportune", elle estime aussi que Bart De Wever y a fait preuve de "la plus grande retenue, qu’il était simple observateur et qu’il n’a pas participé à la discussion".

Rien n'aurait non plus été divulgué sur des enquêtes pénales en cours: "Aucune violation du secret professionnel par les fonctionnaires de police présents". C'est écrit. Circulez, il n'y a plus rien à voir...

Newsletter info

Recevez chaque jour toutes les infos du moment

Recevoir