Comment compenser un tax shift? TVA, accises, voitures de société...

Une augmentation de la TVA ne toucherait que les particuliers
Une augmentation de la TVA ne toucherait que les particuliers - © Tous droits réservés

Outre la réforme des pensions et l'allongement des carrières, l'autre débat du moment, pour le gouvernement, c'est l'allègement de la fiscalité sur le travail,
le fameux "taxt shift" (ou virage fiscal).

Pour compenser les pertes sur le coût du travail, le gouvernement pourrait décider d'augmenter la TVA ou les accises et/ou de toucher aux voitures de société. Joseph Pagano, professeur de Finances publiques à l'Université de Mons, détaille les deux pistes. 

"Impacts environnementaux ou conséquences sur la santé"

"Il est clair que, s'il faut choisir, je préfère qu'on augmente les accises plutôt que la TVA, commente-t-il. D'abord, les accises, tout le monde les payent, c'est-à-dire aussi bien les particuliers que les sociétés. Par contre, la TVA, seuls les particuliers la payent in fine. Les sociétés, elles, récupèrent la TVA comme on dit, ce qui veut dire qu'en fait elles ne la payent pas."

"Le deuxième élément, c'est que les accises portent sur des produits - carburant, cigarettes, alcool... - dont la consommation a des impacts environnementaux ou des conséquences en termes de santé qu'on peut légitimement vouloir réduire. Il y a donc à la fois un objectif purement économique et budgétaire, et un objectif soit environnemental, soit de santé publique, qui fait que, s'il faut faire un choix, autant faire celui-là."

Supprimer l'avantage pour les voitures de société

"Si on réfléchit du point de vue de la société, il faut supprimer cet avantage pour les voitures de société, qui ne se justifie pas vraiment et qui a un gros impact environnemental. A côté de la question de l'emploi, il y a aussi les gaz à effets de serre. Dans ce contexte-là, favoriser les voitures de société, ça n'a pas beaucoup de sens. Donc s'il faut faire un effort, commençons par ça!"

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK