Commémoration de la guerre de Corée : une première plaque "pro Patria" posée sur la tombe d’un mort belge

Une commémoration nationale des victimes belges de la guerre de Corée (1950-1953), organisée mercredi à Woluwe-Saint-Lambert, a été marquée par la pose d’une plaque "Pro Patria" sur la tombe du sous-lieutenant Jean Dehalleux, décédé voici 70 ans jour pour jour et qui fut l’un des 106 morts belges de ce conflit largement oublié.

Près de 7000 plaques commémoratives "Pro Patria" ont, depuis 2018, été installées sur les tombes de soldats morts au combat durant les deux Guerres mondiales et enterrés en dehors des cimetières militaires, à l’initiative du War Heritage Institute (WHI, le parastatal de la Défense dédié à la conservation du patrimoine historico-militaire et à la mémoire).

Celle installée sur la tombe du sous-lieutenant Dehalleux, décédé le 13 octobre 1951 lors de la bataille de Haktang-Ni, à l’âge de 24 ans, est la première à rendre hommage aux victimes belges de la guerre de Corée, la principale confrontation entre l’Occident et le bloc communiste, au début de la Guerre froide.


►►► À lire aussi : Le 22 avril 1951, les Belges s’engageaient dans leur première bataille de la Guerre de Corée


Jean Dehalleux a été tué lors des violents combats de bataille de Haktang-Ni, a rappelé le bourgmestre de Woluwe-Saint-Lambert, Olivier Maingain, qui a déposé une gerbe sur la tombe de cet officier en compagnie de sa nièce, Michèle Poissonnier.

Cette bataille a opposé, du 9 au 13 octobre 1951, un contingent du Commandement des Nations unies en grande partie belge aux forces de l’Armée populaire des volontaires chinois, au prix de dix tués et de quatorze blessés dans les rangs du corps des volontaires – un bataillon de 700 hommes dépêché par le gouvernement pour répondre à l’agression de la Corée du Sud par le Nord, soutenu par la Chine et l’Union soviétique.

Reportage du 22 avril dernier :

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK