Retour du port du masque obligatoire, Covid Safe Ticket... Voici toutes les mesures annoncées par le comité de concertation

Il était initialement programmé pour ce vendredi 29 octobre. Il a été avancé à ce mardi. Le Codeco, comité de concertation, s’est réuni ce mardi 26 octobre à 16h30 en visioconférence. Pour les responsables du pays, il s’agissait de prendre des mesures ou enfoncer le clou sur des mesures existantes alors que l’épidémie de coronavirus reprend vigueur. 


►►► Coronavirus: le port du masque redevient obligatoire pour les professeurs et élèves du secondaire en Wallonie


La situation épidémiologique nécessite d’intervenir au plus vite. Désormais, toute la Belgique est "rouge". Les contaminations sont en hausse. On en est, rappelle le Comité de concertation, à 5300 nouvelles contaminations par jour, soit une augmentation de 70% par rapport à la semaine dernière. Les occupations de lits, notamment dans les services de soins intensifs, sont aussi en augmentation, même si elles restent "gérables". De quoi inquiéter, malgré tout, les autorités, même si les taux de vaccinations sont, en moyenne, élevés.

La situation n’est cependant pas comparable à ce qu’elle était l’an dernier à la même époque où l'on avait décidé des mesures drastiques, dont la fermeture de l’Horeca. Pour le Premier ministre, "la grande différence, par rapport à la deuxième vague", c'est que "beaucoup plus de gens son vaccinés". Sans les vaccins, on serait "aujourd'hui en situation de catastrophe absolue dans nos hôpitaux", estime le Premier ministre. 


►►► Quel pourrait être l'impact d'une épidémie de grippe en plus d'une quatrième vague de coronavirus en Belgique ?


Pour le comité de concertation, il était cependant, nécessaire de refaire le point. Pas de reconfinement à l’horizon, mais bien un rappel ou un renforcement des règles en vigueur. 

Renforcement des mesures : surtout en Flandre

Puisque désormais, toute la Belgique est "rouge", il devenait difficilement justifiable de conserver des mesures sanitaires plus "légères" en Flandre qu’à Bruxelles et en Wallonie. Depuis octobre, la Flandre a laissé tomber le masque. Alors que la Wallonie et Bruxelles ont renforcé le principe du Covid Safe Ticket, le gouvernement flamand, convaincu par le haut taux de vaccination de sa population, faisait de la résistance.

La pression était sur ses épaules. Pour rappel, il existe des mesures fédérales. Les régions et communautés ont la possibilité de durcir ces règles. C’est le cas actuellement avec le port du masque et l’usage du Covid Safe Ticket. Bruxelles, depuis le 15 octobre, et la Région Wallonne, à partir du 1er novembre, ont décidé d’imposer un Covid Safe Ticket "élargi". A Bruxelles, par exemple, le Covid Safe Ticket est nécessaire pour accéder aux établissements Horeca, les salles de fitness, des maisons de repos, des lieux culturels, etc. Et ce sera le cas en Wallonie dans quelques jours. Ces dispositifs sont plus drastiques que ce qui est prévu au niveau fédéral.

La Flandre, qui ne voulait pas aller plus loin que les mesures fédérales et qui espérait même pouvoir décider de ses propres règles sanitaires sur son territoire devra encore patienter. Le Nord du pays connaîtra, en partie, un renforcement du Covid Safe Ticket à partir du 1er novembre. Le Covid Safe Ticket, le pass sanitaire, sera aussi nécessaire pour pénétrer dans un établissement Horeca ou dans une salle de fitness.

Ces derniers jours, dans différentes communes de Flandre, des bourgmestres avaient d’ailleurs souhaité pouvoir instaurer ce genre de mesures sanitaires.

Pour tout le pays, même si les Régions pourront toujours décider d’aller plus loin, le gouvernement fédéral fixe à 200 personnes à l’intérieur et 400 personnes en extérieur le seuil à partir duquel le Covid Safe Ticket est obligatoire. Pour les discothèques et les night-clubs, les règles en vigueur actuellement ne changent pas.

Le port du masque redevient obligatoire, sauf en cas de Covid Safe Ticket

Le Comité de concertation a décidé que le port du masque redeviendrait obligatoire dans toute une série d’espaces intérieurs, dès ce vendredi 29 octobre.

Désormais, le masque, déjà obligatoire dans les transports publics, dans les métiers de contacts médicaux et non médicaux sera aussi exigé dans les magasins et centres commerciaux, dans les établissements de soins, dans les zones accessibles au public dans les entreprises, dans les bâtiments publics et les bâtiments judiciaires.

Il faudra aussi être masqué dans les établissements destinés à des activités culturelles, festives, sportives et récréatives, y compris les théâtres, les salles de concert, les cinémas, les musées, les parcs d’attractions, les centres de fitness couverts et les centres sportifs.

Bibliothèques, ludothèques et médiathèques n’accueilleront qu’un public masqué.

Idem pour les lieux de cultes, où le masque redevient obligatoire.

Le port du masque n’est cependant pas obligatoire dans les endroits où le Covid Safe Ticket est utilisé.

Le télétravail : fortement recommandé

Le comité de concertation recommande fortement le télétravail "pour tous les membres du personnel des entreprises, associations et des prestataires de services", sauf si cela s’avère impossible en raison de la nature des activités de l’entreprise ou de la prestation de service.

Selon le comité de concertation, l’extension du télétravail doit réduire le nombre de contacts sur le lieu de travail et dans les transports publics.

La loi pandémie sera activée sous peu

Pour parvenir à une harmonisation des mesures, la "Loi Pandémie" sera activée.

Pour rappel, en théorie, la phase fédérale de gestion de la crise Covid devrait prendre fin le 31 octobre. La main reviendrait aux régions qui pourraient, chacune, imposer des règles sanitaires différentes.

Pour se garantir d’avoir "un socle juridique stable", le gouvernement fédéral a décidé d’activer la "Loi Pandémie". Avant cela, il va décréter l’état d’urgence épidémiologique, condition nécessaire avant d’activer la "Loi Pandémie".

Publiée au Moniteur belge cet été, cette loi permet au gouvernement de prendre, pendant trois mois, des mesures qui s’imposent à tout le territoire.

Rappel des règles sanitaires de base, incitation à la prudence

Le Comité de concertation devait aussi, à la veille des congés de Toussaint, rappeler les règles sanitaires de base et les gestes barrière, tels que la distanciation sociale, l’hygiène des mains.

A l’issue du Comité de concertation, le Premier ministre et le ministre de la Santé ont insisté sur la ventilation des espaces intérieurs. C’est notamment "crucial" dans les écoles, a souligné le ministre de la Santé, Franck Vandenbroucke.


►►► Masque, ventilation, distance : ces gestes qui font diminuer les contaminations au coronavirus


Il est aussi rappelé de rester chez soi lorsqu’on se sent malade et de se faire tester. Par ailleurs, pour le Premier ministre il ne faut pas "mettre ensemble des enfants et des grands-parents". "C’est un risque qu’il faut éviter", a ajouté Alexander De Croo.

Vaccination vivement conseillée: le Codeco prépare la troisième dose pour tous

La sensibilisation du public à la question de la vaccination est aussi une priorité des autorités. Le taux de vaccination moyen est élevé, mais il subsiste des endroits où ce taux est plus faible. C’est le cas en Région bruxelloise, mais aussi dans des villes comme Anvers. Inciter les Belges à accepter la troisième dose de vaccin qui leur être proposée ou leur sera proposée est aussi une priorité des autorités.

Le ministre de la Santé, Franck Vandenbroucke, incite aussi les jeunes à se faire vacciner.

La troisième dose de vaccin se profile aussi à l’horizon. Elle est déjà d’actualité pour les plus de 65 ans. On sait que la question de la troisième dose pour le personnel soignant est à l’étude. Désormais, le comité de concertation demande aux ministres de la Santé de se tenir prêts et "d’organiser l’administration d’une dose de rappel pour toute la population", "dès que la nécessité de cette troisième dose sera scientifiquement prouvée".

Un accent mis sur le testing

Le comité de concertation continue à miser sur le testing et le tracing des contacts, considérés comme des "lignes de défense cruciales".

Pour éviter la surcharge des médecins généralistes, le comité de concertation a décidé que les centres de test resteraient ouverts pendant la période hivernale.

Les autorités régionales prendront aussi les mesures nécessaires pour assurer la capacité du suivi.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK