Comité de concertation : les métiers de contact pourront bien rouvrir dès le 1er mars, malgré la situation sanitaire difficile

Le Comité de concertation s’est réuni ce vendredi à 14 heures au Palais d’Egmont. Les dirigeants du pays ont fait le point sur l’évolution de l’épidémie de Covid-19 et sur l’adéquation des mesures sanitaires et des règles prises pour contenir l’épidémie.

 A peine deux heures après le début de la réunion, les principaux ministres du pays en terminaient. Les chiffres de l’épidémie sont trop mauvais actuellement pour qu’on puisse prendre les mesures d’assouplissement espérées. Toute décision est reportée d’une semaine. Un nouveau point sera fait vendredi prochain. Sauf ce qui concerne les métiers de contact encore fermés.

Après les coiffeurs, les autres métiers de contact peuvent rouvrir

Ce sera la seule nouvelle d’assouplissement du jour. Comme attendu, les métiers de contacts qui étaient encore fermés (salons d’esthétique, barbiers, pédicures non médicales, salons de manucure, les salons de massage, salons de tatouage/piercing et les autres métiers de contacts) obtiennent le droit de reprendre leurs activités à partir du 1er mars.

Lors du précédent Comité de concertation, seuls les coiffeurs avaient été autorisés à accueillir à nouveau les clients, à partir du 13 février. Les autres professions de contact avaient dû encore patienter. Le 1er mars était la date qui avait été avancée pour une reprise. C’est à présent confirmé.

L’arrêté qui avait été publié après le précédent Comité de concertation et qui planifiait cette réouverture au 1er mars reste d’application.

Couvre-feu wallon raccourci. Bruxelles ne change rien

Jusqu’à présent, la Région wallonne et la Région de Bruxelles Capitale ont instauré un couvre-feu de 22 heures à 6 heures du matin. Ces deux régions avaient donc décidé d’aller plus loin que ce que le Comité de concertation avait décrété : un couvre-feu de minuit à 5 heures. La Flandre avait toujours appliqué les règles fédérales.

La Région Wallonne décide aujourd’hui de s’aligner sur les heures de couvre-feu "fédérales", comme la Flandre. Les Wallons pourront sortir le soir jusqu’à minuit et le matin dès 5 heures.

En revanche, à Bruxelles, rien ne change. Le Ministre-président bruxellois, Rudy Vervoort maintient le couvre-feu actuel à 22 heures, jusqu'à 6 heures du matin.

 

Un temps mort d’une semaine avant d’envisager d’éventuelles nouvelles mesures d’assouplissement

Le Premier ministre, Alexander De Croo, parle de "douche froide". Les chiffres, relativement stables, qui avaient amené la Belgique sur un "plateau" sont repartis à la hausse. Contaminations, hospitalisation sont en recrudescence.

Dans ce contexte, il serait "irréfléchi et irresponsable", estime Alexander De Croo de prendre des mesures d’assouplissement aujourd’hui.

En conséquence, pas question pour le moment d’élargir la bulle extérieure de contacts pour la porter à plus que quatre personnes. Pas question de confirmer un retour des étudiants du supérieur dans les auditoires pour le moment. Pas question non plus de lever l’interdiction de voyages non-essentiels.

Tout cela est reporté à vendredi prochain, le 5 mars, où un nouveau Comité de concertation se tiendra et fera, une nouvelle fois le point sur la situation.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK