Comité de concertation: la culture doit attendre jusqu'en juin et sans réelle garantie pour l'été

C’était annoncé, ce Comité de concertation "technique" n’a pas bouleversé l’agenda arrêté la semaine dernière. Tout au plus apporté une série de précisions qui devraient frustrer pas mal de monde. L’essentiel des annonces porte sur le mois de juin soit le moment attendu où toute la population à risque sera vaccinée à 80% au moins. Plus proche de nous, la date du 8 mai verra l’organisation autorisée d’événements culturels extérieurs limités à 50 personnes, ce sont donc les partisans d’une ligne rigide qui l’ont emporté sur ceux qui préconisaient une limite fixée à 100 personnes dès le 8 mai.

Des précisions pour les assouplissements attendus en juin

Le comité de concertation a défini les normes pour les événements culturels en extérieur, durant le mois de juin mais sans se prononcer sur une date précise. Ces événements extérieurs pourront accueillir 200 personnes maximum en respectant les protocoles sanitaires. En intérieur, un même nombre de personnes sera autorisé pour autant que les salles concernées ne dépassent pas le seuil de 75% de leur capacité. Les communes devront donner leur aval pour autoriser ces événements. Les communes feront usage de deux outils pour prendre une décision d’accorder, ou non, une autorisation : il faut passer par le CERM, le "Covid Event Risk Model" et le CIRM, le "Covid Infrastructure Risk Model". Si les évènements respectent les prescrits de ces deux outils, ils pourront être organisés. A souligner que les attractions foraines, les brocantes, les marchés aux puces non professionnels seront autorisés également en juin, à une date à déterminer. La date précise de leur entrée en vigueur dépendra de l’avancement de la campagne de vaccination et de l’occupation des lits de soins intensifs.

Des événements tests dans le secteur culturel

Le Comité de concertation a aussi validé le cadre défini mercredi par la conférence interministérielle (CIM) Santé concernant l’organisation en mai et juin prochains d’une trentaine d’événements-tests en Belgique dans le secteur culturel. Ils peuvent théoriquement commencer dès la semaine prochaine. Ils sont destinés à valider les modèles les plus performants sur le plan sanitaire.

Près de 90 lieux culturels annoncent une reprise de leurs activités dès le 30 avril

Sans attendre les résultats du codeco, le mouvement "Still Standing for Culture", qui rassemble des acteurs culturels de Bruxelles et de Wallonie, a publié vendredi matin en ligne, sur son site internet, sa programmation de reprise entre le 30 avril et le 8 mai. Environ 90 lieux culturels ont déjà confirmé leur participation. Ils accueilleront pendant 9 jours des spectateurs en respectant les protocoles sanitaires en vigueur. La journée des travailleurs du 1er mai sera particulièrement foisonnante d’activités pour marquer la volonté des acteurs culturels de renouer avec la dimension publique de leurs métiers. Pour " Still standing for culture " entre le 30 avril et le 8 mai, " il y aura chaque jour en Belgique des projections, spectacles, concerts, débats, performances, répétitions publiques ".

La ministre de la Culture comprend le besoin de se faire entendre

Pour Mme Linard, le secteur culturel se manifeste "à juste titre". "Ils ont raison de se faire entendre", selon elle. La ministre francophone a jugé que la culture est la solution aux problèmes de santé mentale constatés aujourd’hui à la suite des mesures de confinement, mais qu’une réouverture avait aussi un sens à l’aune de la santé publique. Fatigués des mesures sanitaires, les Belges se déconfinent d’eux-mêmes.  Pour la ministre de la Culture en Fédération Wallonie-Bruxelles, Bénédicte Linard, "le comité de concertation de ce jour est une occasion manquée".

 

JT du 23/04/2021 - La ministre francophone de la Culture, Bénédicte Linard (Ecolo)

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK