Comité de concertation : l’Horeca devrait rouvrir le 1er mai, au plus tôt

Les établissements du secteur Horeca pourraient rouvrir, au plus tôt, le 1er mai, en fonction de la situation sanitaire et épidémiologique. Le secteur avait espéré pouvoir rouvrir à partir du 1er avril et sauver les vacances de Pâques. Ce ne sera pas le cas. Le Comité de concertation choisit d’attendre le mois de mai parce qu’à ce moment-là, le niveau de vaccination de la population devrait être suffisant, a déclaré le Premier ministre, Alexander De Croo, à l’issue de la réunion.

Avec ou sans terrasse, pas de distinction : on ne rouvre pas avant le 1er mai

Le Comité de concertation a, visiblement, discuté sur le sort des restaurants avec terrasse. Une piste envisagée avait été de permettre une réouverture plus rapide des terrasses, en raison du plus faible risque de contamination à l’extérieur.

Finalement, il a été décidé de ne pas autoriser la réouverture des terrasses avant la réouverture des salles des restaurants. Cette décision se justifie par soucis d’équité. Ouvrir les terrasses aurait défavorisé les établissements qui ne disposent pas de cet équipement. La Fédération du secteur Horeca souligne aussi qu’une ouverture des terrasses aurait, de toute façon, été une fausse bonne nouvelle et aurait causé des soucis d’organisation. "La Belgique n’est pas le sud de la France ou l’Italie", explique Thierry Neyens, le Président de la Fédération de l’Horeca. "Comment travailler de manière stable avec une clientèle qui sera à midi en terrasse, avec une averse, sans la possibilité de se replier à l’intérieur", ajoute-t-il.

Réouverture le 1er mai : des semaines trop tard pour le secteur

Le secteur Horeca aurait préféré rouvrir le 1er avril pour profiter, notamment, des vacances de Pâques. Aujourd’hui, avec l’annonce que cette réouverture ne se fera, au plus tôt, que le 1er mai, "on est dans les semaines de trop", déclare Thierry Neyens, le Président de la Fédération de l’Horeca. "Psychologiquement, le secteur est à bout, nos indépendants, nos salariés, nos fournisseurs le sont", poursuit Thierry Neyens. Ce dernier plaide pour que les Régions octroient de nouvelles aides "calibrées" pour aider les acteurs du secteur de l’Horeca, car "la situation est urgente", explique Thierry Neyens.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK