Comité de concertation ce vendredi : ce dont on devrait discuter

Ce vendredi 18 juin, à 14 heures, un nouveau Comité de concertation se réunira sous l’égide du Premier ministre. Une nouvelle fois, les autorités examineront les chiffres de l’épidémie de Covid-19 et feront le point sur les mesures prises et celles à prendre. Sur la table, devrait figurer la question du nombre de contacts rapprochés, celle des heures d’ouverture de l’Horeca, la question des foires et brocantes et grands marchés, notamment.

La bulle de 4 en sursis ?

Le Premier ministre et les ministres-présidents des régions et communautés se réunissent une nouvelle fois ce vendredi. L’un des points dont ils devraient discuter est celui de la "bulle intérieure". Actuellement, les Belges sont autorisés à recevoir un maximum de quatre personnes à l’intérieur, sans mesures de distanciation ni protections. Il apparaît cependant que cette règle est de plus en e plus difficilement respectée.

L’évolution de la situation sanitaire et l’augmentation du nombre de personnes vaccinées pourraient permettre d’assouplir cette restriction. La limite de quatre personnes autorisées au titre de contacts en intérieur devrait, vraisemblablement, être revue à la hausse lors de ce Comité de concertation. De combien ? Le chiffre de 10 personnes est souvent avancé, mais il n’est pas le seul.

Actuellement, ce chiffre "4" est aussi celui qui est utilisé dans l’Horeca : 4 personnes par table. Là aussi, il est possible que le Comité de concertation décide d’autoriser des tablées de plus de quatre personnes.

La question des "quatre contacts rapprochés maximum" intéresse aussi les gîtes et logements de vacances. En effet, jusqu’à présent, là aussi, le nombre de personnes qui peuvent être hébergées ensemble est régi par le chiffre "4". Cela oblige les plus grands gîtes à fonctionner avec une capacité réduite. Le secteur des gîtes et logements de vacances est en attente d’une autorisation de pouvoir fonctionner à pleine capacité, à l’approche des vacances d’été. Là aussi, le Comité de concertation pourrait se pencher sur la question ce vendredi.

Les heures d’ouverture dans l’Horeca

Le Comité de concertation devrait aussi se pencher sur les heures d’ouverture dans le secteur Horeca. C’est surtout du côté des Régions qu’on est demandeur d’une adaptation.

Actuellement, les bars, cafés et restaurants doivent fermer leurs portes à 23h30, qu’il s’agisse des terrasses ou des espaces intérieurs. L’évolution de l’épidémie pourrait permettre des assouplissements. Ceux-ci seraient bienvenus pour les exploitants du secteur Horeca, alors que l’Euro entre bientôt dans sa phase finale et que de nombreux établissements proposent à leurs clients de regarder les matchs. Il sera difficile, en cas de prolongations et de tirs au but, de fermer les établissements à 23h30 et de pousser la clientèle à partir.

Repousser l’heure de fermeture, voire la supprimer serait donc une option sur la table du Comité de concertation. Celui-ci pourrait, malgré tout, maintenir une interdiction de circuler en groupes sur la voie publique. Actuellement, entre minuit et cinq heures, ces groupes ne peuvent excéder quatre personnes.

Concomitamment, le débat devrait également s’ouvrir sur l’interdiction des déplacements à plus de 10 personnes en journée et à plus de 4 entre minuit et 5h00 du matin. "Nous demanderons au Codeco de définir des règles prévisibles et compréhensibles", a indiqué la ministre de l’Intérieur, Annelies Verlinden (CD&V) jeudi à la Chambre, appelant à porter une attention particulière aux jeunes.

Les foires, grands marchés et brocantes enfin fixés sur leur sort ?

Les grands marchés, foires et brocantes sont encore en attente de précisions pour la reprise des activités. Par exemple, qu’en sera-t-il de la Foire du Midi, qui se tient chaque été à Bruxelles ? Y aura-t-il un nombre maximal de personnes ou les limites sauteront-elles ? L’option "sans limites" tiendrait la corde. Avec quelle date pour la reprise de ces activités ? Le dossier devrait être sur la table du Comité de concertation. 

Plan été : la suite prévue à partir du 1er juillet

La suite du "Plan été" devrait aussi figurer au menu des discussions du Comité de concertation. Les étapes de déconfinement prévues pour le mois de juillet devaient être confirmées et validées. Il fallait, par exemple, que six adultes sur dix aient reçu une première dose de vaccin et que l’on constate une tendance favorable du côté des hospitalisations.

Parmi les mesures qui devraient entrer en vigueur le premier juillet figurent la fin du télétravail obligatoire, même s’il reste recommandé, la fin des restrictions en matière de shopping, des possibilités de pratique du sport amateur sans restrictions. Il est aussi question d’assouplissements pour les évènements, qu’il s’agisse de représentations culturelles, de spectacles ou de compétitions sportives. A l’intérieur, on pourrait aller jusqu’à 2000 personnes ou 80% de la capacité de la salle (CIRM), avec du public assis, portant le masque et respectant les distances de sécurité. À l’extérieur, on irait jusqu’à 2500 personnes, avec port du masque et respect des distances de sécurité.

La phase du "Plan été" prévue pour le 1er juillet autoriserait aussi la participation de 100 personnes aux activités et aux camps de jeunes.

Pour les services du culte, mariage et funérailles, 200 personnes seraient autorisées à l’intérieur et 400 à l’extérieur.

Pour les fêtes et réceptions, 100 personnes seraient autorisées à l’intérieur.

Attention portée au variant Delta ("anglais")

Enfin, les membres du comité de concertation observeront la situation au Royaume-Uni. Le variant Delta du coronavirus y a en effet provoqué une hausse des contaminations, rappelant l’importance de la deuxième dose de vaccin. "Pourquoi évoquerons-nous cette deuxième dose ? ," a déclaré le Premier ministre Alexander De Croo. "Parce qu’il y a des variants. Et les personnes qui ne sont pas complètement vaccinées s’exposent à un certain risque d’hospitalisation. Nous devons toujours faire preuve de la prudence requise à la fin de ce mois et durant la première semaine de juillet", a-t-il averti, ce jeudi à la Chambre.
 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK