Le comité de concertation a commencé : des mesures longues, et "plus dures" contre le coronavirus, mais lesquelles ?

Comité de concertation à 13h: des mesures longues, et "plus dures" contre le coronavirus, mais lesquelles?
Comité de concertation à 13h: des mesures longues, et "plus dures" contre le coronavirus, mais lesquelles? - © Tous droits réservés

La Belgique est-elle a quelques heures d'un nouveau confinement strict ? Un comité de concertation se réunit depuis 13h, et de nouvelles mesures, plus drastiques, seront annoncées à nouveau ce vendredi selon le ministre de la Santé publique Frank Vandenbroucke: "Il est inévitable, selon moi, que l'on durcisse les mesures", a-t-il indiqué jeudi soir sur le plateau de "Jeudi en prime": "Il y a deux débats: durcir les mesures et garantir qu'elles soient appliquées; et réfléchir à ce qu'on va faire sur le plus long terme", résume-t-il.

Comme lui-même et le Premier ministre Alexander De Croo l'ont martelé ces derniers jours, il s'agira dans tous les cas d'un effort de longue haleine. "Quand on regarde les prévisions des épidémiologistes, ils disent qu'avec le type de mesures que l'on prend, il faut au moins huit semaines" pour qu'elles fassent effet.

La capacité des hôpitaux est au centre des inquiétudes, vu l'augmentation du nombre de personnes malades nécessitant une prise en charge en clinique. Au niveau fédéral, le "comité de Hospital & transport surge capacity" a demandé à tous les hôpitaux de passer pour lundi en "phase 2B" du plan de répartition des patients, confirme jeudi le cabinet Vandenbroucke. C'est la phase la plus élevée prévue.


►►► A lire aussi: Coronavirus en Belgique : 1A, 1B, 2A et 2B, quelles sont ces phases prévues afin d'éviter la saturation aux hôpitaux et le reconfinement aux citoyens


Cela veut dire que 60% des lits de soins intensifs, soit 1200 lits, doivent être réservés aux patients souffrant de la Covid-19. Mais on est déjà à 1057 lits occupés actuellement. Et les hôpitaux wallons ont souvent déjà dépassé cette limite de 60%. Il faudra donc aussi consacrer 25% de lits supplémentaires aux soins intensifs (lits "extra-intensifs"), ainsi qu'augmenter la part, dans l'hôpital, des lits réservés aux patients Covid en non-intensif.

Interrogé dans l'émission "Terzake" (Canvas) au sujet du Comité de concertation de vendredi, le commissaire Covid-19 du gouvernement Pedro Facon a estimé que "les responsables politiques ne doivent pas hésiter à prendre des mesures fermes". Il faut agir pour limiter les contacts sociaux, il y a urgence, explique-t-il. Il s'agira aussi de "ne pas assouplir trop vite".

"C'est ce qu'attendent les soins de santé", indique-t-il, tout en soulignant le besoin criant de nouveaux moyens dans ce secteur.

Les mesures sur la table

Plusieurs éléments seront étudiés, qui ont tous un but : limiter les déplacements de la population, pour limiter les contacts sociaux entre les gens. 

Pour y arriver, il y plusieurs pistes, mais aucune qui soit tranchée à cette heure. 

  • On pourrait rendre le télétravail obligatoire, à l'exception des fonctions essentielles. 
  • Une interdiction des déplacements à plus de 5 ou 10km par exemple de votre domicile ou de votre lieu de séjour (location de vacance, ou seconde résidence par exemple)
  • Les commerces non essentiels vont-ils rester ouverts ou pas ? C’est aussi une des questions qui sera tranchée tout à l’heure.
  •  Quelle rentrée après le congé d'automne ? Les acteurs de l'enseignement plaident pour que les maternelles, les primaires et le premier cycle du secondaire reprennent les cours en présentiel. Les plus grands, de la 3e à la 7e secondaire pourraient avoir cours à mi temps en classe, à mi-temps à distance.

La réunion du Comité de Concertation se tiendra en présentiel, au palais d'Egmont à Bruxelles, et elle s'annonce tendue, avec d'un côté les francophones qui poussent pour que des mesures les plus strictes possibles, soient prises au niveau fédéral. Là où côté flamand, la NV-A résiste.

La Wallonie a déjà annoncé qu'elle pourrait prendre seule des mesures plus drastiques si ce comité de concertation n'allait pas assez loin

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK