Coalition fédérale: Bouchez et Coens au rapport

Georges-Louis Bouchez et Joachim Coens renront leur rapport à 15h.
Georges-Louis Bouchez et Joachim Coens renront leur rapport à 15h. - © DIRK WAEM - BELGA

C’est ce lundi, à 15h, que les informateurs royaux, Georges-Louis Bouchez (MR) et Joachim Coens (CD&V) ont rendez-vous avec le roi. Ils doivent rendre le rapport tant attendu, après 8 mois de négociations qui n’en finissent pas et d’une situation où le maître mot semble être "blocage".

Dès vendredi, les informateurs royaux ont reçu vendredi successivement, au siège du CD&V, les présidents de la N-VA, Bart De Wever, et du PS, Paul Magnette.

Ce week-end, bon nombre de partis organisaient la réception de Nouvel an. Et tout le monde y est allé de son point de vue, de son analyse et parfois, (souvent ?), de son petit commentaire. Mais est ce que tout ça a fait avancer le bazar, juste avant le rendu du rapport ?

Proposition (opportuniste ?) de la N-VA

Ce samedi, la N-VA a réuni ses troupes pour la traditionnelle cérémonie du Nouvel an. L’occasion pour le chef du parti, Bart De Wever, d’ouvrir grand les bras au PS et d’imaginer "un grand accord" avec les rouges. Bart De Wever en a aussi profité pour rappeler son envie d’aller dans un gouvernement fédéral. Un appel du pied qui n’est pas passé inaperçu.


►►► Lire aussi : vœux de la N-VA : Bart De Wever fait un appel du pied au PS et tape sur l’Open VLD


Une demande rejetée, dès ce dimanche, par le PS, notamment Elio Di Rupo, qui ne croit pas en la sincérité de Bart De Wever. Le PS reste sur sa ligne : " avec le PS mais sans la N-VA ou sans le PS mais avec la N-VA".

D’autant que si, de leurs côtés, les socialistes, les libéraux et les écologistes (voire avec le CD& V), du nord et du sud, parviennent à s’entendre, la N-VA pourrait être privée de gouvernement fédéral.

Aux vœux du MR, une première pour Georges-Louis Bouchez en tant que président de parti, on n’a pas manqué de souligner l’opportunisme de la démarche de la N-VA. " A chaque fois qu’une formation politique a un caractère raisonnable, ça aide plutôt à la recherche d’une solution. Mais ce qui serait bien ce serait d’avoir un caractère raisonnable tout le long de la période. Ça n’a pas toujours été le cas pour tout le monde", a taclé, l’informateur royal, Georges-Louis Bouchez.

CD&V, allié indéfectible

Le fait est, et c’est là le gros point fort de Bart De Wever, que la CD&V de l’autre informateur royal Joachim Coens, ne semble pas disposer à laisser sur la touche les nationalistes flamands. Et sans eux, difficile de parvenir à une coalition fédérale qui tiennent la route. Oui, 76 sièges sur 150 à la chambre, c’est peu.

Tant que la N-VA affiche une volonté de monter dans un gouvernement fédéral, le CD&V "ne lâchera pas la N-VA", a martelé Hilde Crevits, la numéro 2 du parti flamand.


►►► Lire aussi : coalition fédérale : le temps presse pour les informateurs et ça bloque toujours


Un atout de taille pour le parti de Bart De Wever, qui n’a pas oublié de le mentionner à la réception annuelle de son parti, qui s’est tenu ce samedi soir.

Résultat : les choses ne semblent pas avoir beaucoup avancé avant la remise du rapport au roi, par les deux informateurs.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK