Climat: Charles Michel mardi à Paris pour un sommet consacré à la finance climat

Climat: Charles Michel mardi à Paris pour un sommet consacré à la finance climat
Climat: Charles Michel mardi à Paris pour un sommet consacré à la finance climat - © JASPER JACOBS - BELGA

Le Premier ministre Charles Michel est mardi à Paris pour un sommet consacré au financement des politiques climatiques et organisé à l'initiative de la France, en collaboration avec l'Onu et la Banque mondiale. La ministre fédérale de l'Énergie, de l'Environnement et du Développement durable Marie Christine Marghem sera également présente en bord de Seine.

Ce "One planet summit", organisé deux ans jour pour jour après l'adoption de l'Accord de Paris sur le climat, et un petit mois après la COP23 de Bonn, réunira plusieurs dizaines de chefs d'Etat et de gouvernement, des responsables du monde de la finance, d'organisations internationales ainsi que des membres d'ONG.

Ce sommet vise à accélérer la réorientation des flux de financement en faveur des énergies renouvelables et de la transition vers une économie bas carbone. Des montants colossaux devront en effet être mobilisés si la communauté internationale veut remplir l'objectif principal de l'Accord de Paris de contenir la hausse des températures mondiales nettement en-deça des 2°C.

Mais la finance climatique, c'est aussi le financement de l'adaptation aux changements climatiques, thème crucial pour les pays en voie de développement, qui sont à l'avant-scène des conséquences néfastes du réchauffement mondial. L'Accord de Paris prévoit un financement climat en faveur des pays en développement de minimum 100 milliards de dollars par an à partir de 2020. Un montant qualifié de "plancher" et appelé à augmenter par la suite.

La Plateforme Justice climatique, qui regroupe ONG environnementales, organisations de coopération au développement et syndicats, attend de la Belgique qu'elle revoie à la hausse son engagement public pour le financement climat international.

L'effort actuel de la Belgique -50 millions d'euros par an jusque 2020- n'est pas suffisant au regard des 100 milliards de dollars par an promis par les pays riches et par rapport à ce que font les pays voisins, estime cette Plateforme.

Extraits du discours d'Emmanuel Macron hier, à Paris:

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK