Classement sans suite de la plainte contre Didier Reynders: pas lié au "timing des auditions" de la Commission

La décision de classer sans suite le dossier d'information judiciaire autour de la personne de Didier Reynders (MR), a été prise en tout indépendance de la justice, sans aucun lien avec la très prochaine audition (mercredi) du vice-Premier ministre libéral par les parlementaires européens, a souligné lundi le parquet de Bruxelles.

Ce dernier a par ailleurs affirmé que l'information judiciaire avait bien donné lieu à des devoirs d'enquête.

La semaine dernière, le Procureur du Roi du tribunal francophone de Première Instance de Bruxelles avait décidé de classer sans suite le dossier d'information judiciaire concernant Didier Reynders, "faute du moindre délit" selon l'avocat du ministre belge, candidat à un poste de commissaire européen.

L'information judiciaire faisait suite aux déclarations d'un ex-agent de la Sûreté de l'Etat. Celui-ci s'était rendu en avril dernier à la police judiciaire fédérale, accusant le ministre de corruption et de blanchiment. Nicolas Ullens de Schooten, l'ex-agent en question, évoquait le versement de pots de vin à l'occasion de missions et d'achats publics. Il souhaitait éviter la nomination de Didier Reynders en tant que commissaire européen, estimant que cela rendrait plus difficile l'accomplissement de devoirs d'enquête.

Le timing du classement sans suite avait interpellé, quelques jours avant l'audition de Didier Reynders par les parlementaires européens.

"La décision du classement sans suite a été prise en toute indépendance et sans tenir compte du timing de ces auditions", a balayé lundi la porte-parole du parquet de Bruxelles, Stéphanie Lagasse.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK