Citadelle

Le Parlement Wallon a tenté légitimement d’y voir plus clair dans les nouveaux efforts budgétaires à consentir par les Régions. Les plus hauts fonctionnaires concernés ont bien tenté d’y apporter leurs éclairages mais la situation reste bel et bien aussi floue.

Pourquoi le SPF Finances a-t-il changé de simulateur ? Pourquoi un tel revirement ? Pourquoi le gouvernement Michel n’a-t-il pas encore adopté l’arrêté royal qui fixe clairement la méthode de calcul ? Pourquoi le gouvernement Di Rupo ne s’est-il pas donné cette peine non plus ? Si il n’y a pas d’intentions " malveillantes " du SPF Finances, le contentieux n’est pas résorbé pour autant et l’Europe risque donc bien de recevoir deux versions de budget à la fin du mois, la wallonne et la fédérale.

Faire face

Ce n’est pas le seul front sur lequel le gouvernement Michel sera amené à ferrailler. Le débat sur le saut d’index recommence. Son issue ne nourrit guère d’incertitudes : la prochaine indexation des salaires et allocations n’aura pas lieu. Reste toujours en démontrer la pertinence. En quoi ne pas indexer les pensions va-t-il soutenir les entreprises ? La majorité fédérale estimait urgent de soutenir les entreprises ; le saut d’index interviendra 18 mois après l’installation du gouvernement. Le soupçon de dogmatisme demeure.

Idem pour la pension à 67 ans. Tout le monde convenait que chacun devait travailler plus longtemps et même le ministre des Pensions convient que finalement personne ne travaillera effectivement jusqu’à 67 ans. Pourquoi le faire dès lors ? D’autant qu’à présent doit s’engager l’indispensable concertation sociale sur la question et que finalement le tout nouveau Comité National des Pensions demandera aux syndicats de mettre en œuvre une mesure qu’ils récusent par ailleurs.

Mais le plus délicat sera sans doute d’engager le débat sur le tax-shift, le glissement de la fiscalité vers les revenus du capital/patrimoine. Le débat s’annonce délicat entre partenaires de la majorité fédérale et ce d’autant plus que la Flandre du N-VA Geert Bourgeois entend s’inviter au débat, la Wallonie pourrait suivre. Il est vrai que la fiscalité concerne tout autant le fédéral que les Régions, le débat sur la loi de financement l’illustre à souhait.

De quoi renforcer le sentiment de citadelle assiégée du gouvernement Michel ou du MR, seul contre tous dans la Belgique F.

 

Philippe Walkowiak

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK