Cinq jours avant le Comité de concertation, le ministre de la Santé, Frank Vandenbroucke, est inquiet

Alors que le Comité de concertation vendredi a décidé de ne rien décider et de reporter tout éventuel assouplissement des mesures sanitaires à vendredi prochain, les derniers chiffres de l’épidémie inquiètent le ministre de la Santé. Interrogé ce dimanche, il reste extrêmement prudent à l’idée d’alléger les mesures en vigueur.

"Des chiffres inquiétants"

Interrogé sur la situation épidémique en Belgique, le ministre de la Santé, Frank Vandenbroucke (SP-A) s’est dit préoccupé par l’évolution des chiffres ces derniers jours, des chiffres qu’il qualifie d’inquiétants. "Hier, il y a eu 152 admissions enregistrées. C’est une hausse de 36%, si on fait la comparaison avec samedi passé. Aujourd’hui, les chiffres provisoires montrent une hausse, en comparaison avec dimanche passé, de 44%. Donc, la moyenne hebdomadaire sera probablement de 150 admissions par jour, ce qui est quand même assez élevé", estime Frank Vandenbroucke.

Pour le ministre de la Santé, ces chiffres "montrent peut-être que les variants du virus qui circulent sont aussi cause de maladies plus sévères, d’admissions plus élevées, d’admissions en soins intensifs plus importantes".

Plaidoyer pour maintenir les mesures strictes

Il faudra vérifier si cette tendance inquiétante se poursuit. En attendant, estime le ministre de la Santé, "il faut maintenir les mesures de façon stricte, même si c’est difficile""Par exemple, le télétravail, il faut rester chez vous, sauf si le télétravail est impossible. Si l’on veut garder les écoles ouvertes pour nos enfants, il faut absolument respecter le télétravail", poursuit le ministre qui insiste aussi pour que les Belges limitent les contacts et les déplacements.

Le ministre estime que la Belgique a opté pour un régime de mesures plus souple que ce que d’autres pays connaissent. "Le but de ce régime est de garder les écoles ouvertes, la priorité des priorités", explique-t-il. "Aux Pays-Bas et en Allemagne, les magasins non essentiels sont fermés depuis deux mois. On parle de réouverture aux Pays-Bas sur base de réservation. Au Royaume-Uni, les magasins non-essentiels vont rouvrir le 12 avril. En France, il y a le couvre-feu à 18 heures et on parle de lockdown sélectif pour quelques villes", tient-il à rappeler à titre comparatif. "Le régime en Belgique est difficile, mais ce n’est pas le plus sélectif", estime-t-il.

Et vendredi prochain, en Comité de concertation, pourra-t-on assouplir ?

Pour le ministre de la Santé, il est évidemment trop tôt pour se prononcer sur les décisions qui pourraient être prises vendredi en Comité de concertation. Mais pour lui, c’est clair, si les chiffres de l’épidémie continuent dans la tendance actuelle, ce sera difficile. "Cela veut dire que des assouplissements, même s’ils sont vraiment espérés, sont extrêmement difficiles. Il n’y a pas de marge pour cela. Je crois qu’il faut maintenir les mesures. Ces mesures ont été fondées et ont un impact très important", conclu Frank Vandenbroucke.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK