Cinq ans de prison requis contre une Belge partie combattre en Syrie

Le parquet fédéral requiert 5 ans de prison contre Kaoutar El Azzouzi.
Le parquet fédéral requiert 5 ans de prison contre Kaoutar El Azzouzi. - © OLIVIER VIN - BELGA

Le parquet fédéral a requis une peine de cinq ans d’emprisonnement contre Kaoutar El Azzouzi, une femme originaire d’Anvers, âgée de 29 ans qui est partie en Syrie en avril 2013 pour rejoindre les rangs du groupe terroriste Jabhat al-Nosra, un groupe proche d’Al-Qaida. Son mari, Abdelhakim Hamoudan, a également été condamné à 5 ans de prison en mars 2018.

Le couple séjournait dans une villa à Alep où l’homme occupait une fonction importante

Selon le parquet fédéral, Abdelhakim Hamoudan et son épouse Kaoutar El Azzouzi se préparaient déjà en Belgique à une vie régie par la charia. En avril 2013, le couple est parti pour la Syrie avec leur fils de trois ans.


►►► Lire aussi : demande d’extradition pour la djihadiste belge arrêtée en Turquie après s’être échappée de Syrie


 

"En Syrie, le couple a rejoint (l’organisation) Jabhat al-Nosra, qui a changé de nom en 2016 et est devenu Jabhat Fateh al-Sham", a indiqué le parquet fédéral. "Le couple séjournait dans une villa à Alep où l’homme occupait une fonction importante."

Un soutien matériel et moral

Selon le procureur fédéral, Kaoutar El Azzouzi était également coupable d’avoir participé aux activités d’un groupe terroriste, par le biais de son mariage avec un djihadiste et en lui fournissant un soutien matériel et moral, ne serait-ce qu’en prenant soin du ménage et l’éducation de leurs trois enfants.

En 2017, dans une directive, l’Union européenne définit les infractions terroristes, non plus seulement par le fait de commettre l’acte en lui-même mais aussi le fait de fournir "des informations ou des moyens matériels, ou par toute forme de financement de ses activités, en sachant que cette participation contribuera aux activités criminelles du groupe terroriste".


►►► Lire aussi : faut-il rapatrier les belges partis combattre dans les rangs de l’Etat islamique ?


"Selon une analyse de l’OCAM, elle représente une menace majeure pour l’État belge", indique le parquet fédéral, qui a requis cinq ans de prison à l’encontre de cette femme. Cette dernière ne s’est pas présentée à son procès.

Le jugement contre cette jeune belge sera rendu le 10 décembre prochain.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK