Fraude à l'OWD:"Pas besoin de commission d'enquête pour que je fasse la transparence"

Christophe Lacroix, ministre wallon du Budget
Christophe Lacroix, ministre wallon du Budget - © BRUNO FAHY - BELGA

La fraude à l'Office wallon des déchets (OWD) "a pu avoir lieu parce qu'il y a eu un défaut de contrôle de la part de la hiérarchie et il y a l'indélicatesse du fonctionnaire qui est en fuite" explique à la RTBF le ministre wallon du Budget Christophe Lacroix (PS). "Je travaille à trouver des solutions" afin d'améliorer la transparence budgétaire. "Quand je vois combien mes collègues, moi-même et l'ensemble des députés travaillons, chacun avec nos convictions, pour donner une image positive de la Wallonie, pour la redresser sur le plan social et économique, cet épisode douloureux provoque des dégâts dans l'image de la Wallonie et de la fonction publique. C'est désastreux".

Internalisation des comptabilités

Les "petites structures" comme l'OWD "ne rendent de compte à personne, ni au Service public de Wallonie, ni au service centralisé de contrôle. Cela peut générer des fraudes. Je suis en train de faire le listing de toutes les situations qui posent problème, et surtout comment trouver des solutions. Je pense que le mieux c'est de réfléchir à proposer une internalisation de ces comptabilités décentralisées au sein du service interne de l'administration. Ce sera plus sain de distinguer les fonctions de commandeur du paiement et d'ordonnateur du paiement. Je crois que nous devons aussi arriver à faire en sorte qu'il y ait un contrôle tout azimut, un reporting de l'ensemble des audits. J'ai demandé qu'on crée un audit commun à la Fédération Wallonie-Bruxelles et à la Wallonie, et que les audits des structures externes puissent être ramenés dans le giron interne pour être rediscutés au gouvernement" poursuit le ministre.

"On me jugera sur mes actes"

L'opposition MR au parlement wallon a demandé l'instauration d'une "commission spéciale de recommandations et de suivi des procédures budgétaires et comptables". "En ce qui me concerne je n'ai pas besoin d'une commission spéciale ni d'une commission d'enquête pour que je fasse la transparence. La transparence c'est une de mes marques de fabrique, comme le fait que je suis prêt à réfléchir sur tout, notamment en matière de fiscalité. On me jugera sur mes actes" répond Christophe Lacroix.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK