Christine Defraigne (MR) : "Cette formation Coquelicot, c'est un leurre"

En Région wallonne, le PS et Ecolo souhaiteraient former une alliance "Coquelicot" en s’associant avec des membres de la société civile. Cette annonce a fait réagir un membre du cdH qui verrait bien son parti s’engager dans une majorité avec les socialistes et les verts. Le MR, de son côté, plaide pour une majorité forte.


►►► A lire aussi: Marie-Hélène Ska (CSC) sur la coalition Coquelicot: "On est à côté de la plaque"


L’alliance Coquelicot, une idée qui n’a rien de neuf pour Christine Defraigne. L’ancienne présidente du sénat, actuelle 1re échevine de la ville de Liège, ne croit pas du tout en cette idée, qu’elle considère être un "leurre". "La société civile a toujours été consultée au moment des gouvernements, donc c’est peut-être faire du neuf avec du vieux. Par ailleurs, dans notre démocratie, il faut une majorité parlementaire, d’une manière ou d’une autre. Donc moi je trouve que c’est mieux d’avoir une majorité forte et stable, plutôt qu’une espèce d’aventure, peut-être de chaos, où on va aller trouver des majorités au coup par coup. Ce n’est pas un gage de pérennité au moment où la Wallonie doit mener d’importantes réformes."

Lorsqu’on lui demande si le MR est écarté par les autres partis dans les négociations, l’ancienne présidente du sénat répond avec ironie. "En tout cas, je ne vois pas beaucoup le MR être invité à la table des négociations pour le moment. Nous sommes toujours le deuxième parti de Wallonie qu’on le veuille ou non. Je pense que la démocratie représentative existe toujours institutionnellement. Pourquoi la contourner ?"

Benoît Drèze (cdH) plaide pour un retour à la table des négociations

L’ex-député Benoît Drèze estime quant à lui que son parti, le cdH, doit renoncer à l’opposition et s’engager dans une majorité "à trois avec Ecolo", déclare-t-il samedi dans les colonnes de la Dernière Heure. Il est le premier humaniste à publiquement remettre en cause la décision de sa formation de choisir l’opposition.

Benoît Drèze dit sortir du bois aujourd’hui en raison de l’évolution de la position d’Ecolo ces derniers jours. "Ils ont décidé de faire équipe avec le PS et sont dans une impasse."

Il aurait exprimé son désaccord avec le choix de Maxime Prévot lors d’un bureau de parti le 5 juin, sans se faire entendre. "Entre-temps, j’ai beaucoup discuté avec des militants, à Liège : une grande partie me soutient", dit-il.

Le Liégeois de 61 ans, qui affirme d’ailleurs avoir voté pour les écologistes dans sa jeunesse, voit dans la lutte contre le réchauffement climatique et pour la biodiversité des "enjeux primordiaux". "Si le cdH a l’opportunité d’être dans une majorité à trois avec Ecolo, il faut y aller !".

Il demande qu’un congrès national du cdH soit organisé pour que les militants décident librement de la participation au pouvoir après un débat contradictoire. "La décision prise par le bureau de parti va au-delà de ses prérogatives, selon les statuts du cdH", invoque M. Drèze.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK