Christie Morreale sur les sceptiques quant au vaccin anti-Covid : "Je pense qu'avec le temps ils voudront se faire vacciner"

Ce mardi 5 janvier marquera le top départ de la vaccination à grande échelle dans notre pays. Les résidents de 81 maisons de repos vont pouvoir bénéficier de la première dose du vaccin Pfizer/BioNTech après près d’un an de vie à côtoyer le Covid-19. Si dans les maisons de repos, la vaccination semble être accueillie positivement, les derniers sceptiques devraient changer d’avis dans les prochains mois selon Christie Morreale (PS), la ministre wallonne en charge de la Santé.

Pour commencer, tous les yeux seront rivés vers les centres d’habitations pour personnes âgées. Ce sont eux, considérés comme plus "fragiles" et "en danger" lorsqu’ils vivent en collectivité, qui auront la primeur de se faire administrer le vaccin dans nos frontières. Ce sont plus de 85% des résidents de maison de repos qui ont répondu favorablement à l’appel à la vaccination.

"Les médecins nous avaient demandé de vacciner et de protéger d’abord en priorité les personnes les plus âgées qui vivent en collectivité parce qu’il y a un risque énorme pour eux s’ils contractent le virus. De ce point de vue là le contrat est rempli au-delà de ce qu’on imaginait", se félicite la ministre qui ne cache pas son optimisme et confie que le taux de confiance dans le vaccin anti-Covid devrait grimper au fur et à mesure de la campagne. "Quand je vois le nombre de messages de personnes qui souhaitent se faire vacciner au plus vite, je pense qu’il y a une grosse attente de la population", précise-t-elle. Sera-t-il alors possible de convaincre les plus réticents ? "Je pense qu’avec les temps, elles voudront se faire vacciner", sourit l’élue socialiste.

Quel rythme pour la vaccination ?

Si un calendrier en deux phases a déjà été dévoilé pour le vaccin anti-Covid, le démarrage ne concerne que les résidents des maisons de repos et une infime partie des soignants. Concernant ces groupes de personne, Christie Morreale l’assure, "dans le premier trimestre tout le monde sera vacciné".


►►► À lire aussi : Covid-19 : tout savoir sur la campagne de vaccination en Belgique


Toutefois, elle ne contredit pas que des incertitudes existent quant aux échéances d’arrivée des fameuses doses du vaccin. "Je peux garantir ce que la région organise, c’est-à-dire de mettre en place la logistique", temporise-t-elle néanmoins.

"L’engagement de la stratégie de vaccination c’est que dans le premier trimestre ou quadrimestre, le personnel des maisons de repos sera vacciné", affirme la ministre qui assure que cet engagement sera respecté.

Les vaccinés, traqués ?

Qui dit campagne de vaccination dit enregistrement des vaccinés. L’objectif ? Garantir un suivi des administrés en cas d’effet secondaire indésirable mais aussi assurer le protocole d’administration des deux doses du vaccin, comme le confirme la ministre.


►►► À lire aussi : Développement, immunité, effets secondaires : voici les réponses aux questions que vous vous posez sur le vaccin anti-Covid


"C’est comme pour l’ensemble des vaccins", précise-t-elle. "Les professionnels de la santé sauront que Christie Morreale se sera fait vacciner une fois et si elle retourne le lendemain, voir un autre médecin, il verra que ce n’est pas possible parce qu’il n’y a pas eu les 21 jours pour donner la deuxième dose. C’est important qu’on puisse s’assurer que le délai est respecté et que les deux doses sont données."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK